Violeur en série à Lyon : les étudiantes s'angoissent

La présence suspectée d'un violeur en série dans un quartier universitaire de Lyon sème la psychose parmi les jeunes étudiantes, qui ont changé leurs habitudes.

Alexandra Gonzalez avec Kelly Laffin
Le 19/02/2013 à 8:01
Mis à jour le 19/02/2013 à 8:05

La psychose s'installe à Lyon, notamment dans la communauté étudiante. Comme nous l'a confirmé lundi le parquet, une information judiciaire est en cours après que cinq jeunes filles ont été victimes d'agressions sexuelles ou de viols depuis le mois d'octobre dernier.

Fait inquiétant : ces agressions ont systématiquement lieu dans le 8e arrondissement lyonnais, aux alentours de 23 heures, sur des jeunes filles seules, qui s'en sortent parfois blessées à l'arme blanche.

Vendredi, les présidents des universités Lyon 1 et Lyon 3, situées dans cette zone, ont envoyé un courriel à plus de 30.000 étudiants pour les mettre en garde et confirmer les rumeurs qui couraient déjà sur les réseaux sociaux sur un possible violeur en série.

"Avant, je rentrais à pied"

Depuis, de nombreuses jeunes filles ont changé leurs habitudes, et prennent leurs précautions. "Je suis devenue un peu parano, on suspecte tout le monde", reconnaît Laura, une bombe lacrymogène dans la poche.

L'angoisse est d'autant plus forte à la nuit tombée. A 19 heures, à la sortie des cours à la fac, il fait déjà très sombre dans les rues. Chloé, une autre étudiante, confie "minimiser" le plus possible les trajets qu'elle doit faire. "En rentrant le soir, je prends les transports en commun, alors qu'avant, je rentrais à pied. Et quand j'arrive chez moi, j'envoie un texto à ma mère pour la rassurer."

Seule l'arrestation du ou des agresseurs rendra aux jeunes Lyonnaises une tranquilité d'esprit et leurs modes de vie habituels.

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?