Trois fois plus d'agressions homophobes en 2012 qu'en 2011

SOS homophobie et Le Refuge (associations d'aide aux personnes homosexuelles) ont fait les comptes : les témoignages de victimes d'homophobie augmentent fortement. Une conséquence au débat sur le mariage entre personnes de même sexe ?

Marc Pédeau
Le 03/01/2013 à 18:16
SOS homophobie et Le Refuge s'inquiètent de la hausse de l'homophobie à l'approche de la loi sur le mariage pour tous. (AFP)

Les agressions et insultes homophobes sont en recrudescence, s'accordent les associations Le Refuge et SOS homophobie cette semaine. Une hausse significative : l'un et l'autre indique qu'ils ont reçu trois fois plus de témoignages de victimes d'homophobie en 2012 qu'en 2011.

De plus ne plus de témoignages au cours de l'année

"On constate des agressions verbales, du harcèlement… Ce sont des menaces mais aussi des insultes, des remarques, des sous-entendus au quotidien", analyse Frédéric Gal, directeur national du Refuge. Cette association vient en aide à des jeunes majeurs victimes d'homophobie et de rejet familial. En 2012, 434 jeunes ont contacté Le Refuge, dont 212 uniquement pendant le mois de décembre. En réalité, une forte accélération se remarque dès le mois de novembre 2012.

Une accélération qui serait liée au débat actuel sur le mariage entre personnes de même sexe. "En parlant de pédophilie et d'inceste, le débat actuel est un débat qui attise l'homophobie. Pourtant, on aurait pu avoir un débat respectueux sur ce qui va changer avec le mariage pour tous, sans que les insultes sortent". Conséquence : "un malaise grandissant chez les jeunes homosexuels."

Les propos homophobes, "on le prend pour soi"

Emilie est l'une des bénéficiaires du Refuge de Montpelier. Cette Arlésienne de 23 ans s'est retrouvée à la rue après l'incendie de son appartement. "Ma famille n'accepte pas mon homosexualité", raconte-t-elle à BFMTV.com. Le débat actuel ? Elle le suit et y participe même si tout n'est pas facile à entendre : "Ce n'est pas parce que l'on est homosexuel que l'on est pédophile. Ce genre de chose, ça fait du mal à entendre, on le prend pour soi."

En décembre, les appels à SOS homophobie se font traditionnellement plus nombreux mais "l’année 2012 aura été tristement exceptionnelle", annonce dans un communiqué l'association. SOS homophobie a fait les comptes : ils ont reçu par mails, téléphone ou tchat trois fois plus de témoignages qu’en 2011.

Les religieux anti-mariage pour tous montrés du doigt

Les responsables ? Pour SOS homophobie, certaines déclarations de personnalités religieuses à propos du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels : "Si les sermons de prêtres appelant à manifester contre le mariage pour tou-te-s ont été nombreux à nous être relayés suite aux messes célébrées le 24 décembre, plusieurs jeunes lesbiennes, gays, bi ou trans nous ont également contacté-e-s ces derniers jours pour exprimer leur désarroi, leur souffrance et leur détresse face à leurs familles, enseignant-e-s ou proches qui ont exprimés des propos empreints d’homophobie et de violences, n’en déplaisent aux organisateurs de la manifestation du 13 janvier prochain."

Bientôt la fin du débat parlementaire ? Emilie l'espère : "Vivement que la loi passe pour que les gens voient que l'on existe, que l'on a le droit d'avoir une vie même si on aime une personne du même sexe que soi." Pour autant, Frédéric Gal reste prudent. Le directeur national du Refuge constate qu'"en Belgique, ils ont la même situation en terme d'homophobie alors qu'ils ont le mariage et l'adoption par les couples homosexuels."

>> Notre dossier spécial sur le Mariage homosexuel

La question du jour

Selon vous, le gouvernement Valls conduit-il une politique d’austérité?