Triple homicide en Seine-et-Marne : l'énigme demeure

Trois frères et soeur ont été retrouvés par leur père, morts égorgés, au domicile familial de Dampmart, en Seine-et-Marne, vendredi matin. Recherchée, la mère des enfants a été interpellée dans l'après-midi. Le point sur l'affaire.

A.S.
Le 22/02/2013 à 23:06
Mis à jour le 22/02/2013 à 23:10
La police scientifique a effectué des perquisitions au domicile familial, à Dampmart, où les trois enfants ont été retrouvés égorgés. (Kenzo Tribouillard - AFP)

Un père de famille a retrouvé ses trois enfants de 9, 11 et 17 ans égorgés, ce vendredi matin, au domicile familial de Dampmart, en Seine-et-Marne.

Introuvable dans un premier temps, la mère des enfants a été interpellée à Paris, dans l'après-midi, puis placée en garde à vue. Une marche blanche doit avoir lieu samedi à 15h à Dampmart.
BFMTV.com fait le point sur les derniers éléments de l'affaire.

> Que s'est-il passé à Dampmart ?

Macabre découverte. Trois frères et soeur, âgés de 9, 11 et 17 ans, ont été retrouvés égorgés, tôt, vendredi matin, par leur propre père, au domicile familial de Dampmart, une petite commune de Seine-et-Marne. L'homme a alerté la police vers 7h15.

Les trois enfants sont morts. Arrivés sur place, les secours ont d'abord trouvé le corps d'une fillette de 11 ans, puis celui de son frère de 9 ans, qui présentaient de nombreuses blessures à l'arme blanche.
Encore en vie à l'arrivée des secours, le fils aîné, âgé de 17 ans, a finalement succombé.

"Les enfants ont a priori été égorgés, mais on n'a pas encore les constatations médico-légales", a rapporté une source judiciaire dans la matinée. Les autopsies doivent avoir lieu samedi matin à l'institut médico-légal de Paris.

Rue cossue.
De son côté, la police technique et scientifique a procédé à des constatations dans la maison où s'est déroulé le drame, située dans une rue pavillonnaire bloquée depuis par deux véhicules de police. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles, qui a mené des perquisitions dans la maison et emporté des ordinateurs.

> La mère interpellée

Retrouvée grâce à son téléphone. Après plusieurs heures de recherches, la mère des trois enfants a été retrouvée et interpellée dans le 20e arrondissement de Paris, vers 15 heures, ce vendredi.

Une communication téléphonique, passée avec son téléphone portable, aurait permis aux forces de l'ordre de la localiser, alors qu'elle était chez des proches, qui ont également été placés en garde à vue.

>> A lire aussi : "Enfants égorgés : la mère interpellée"

Une femme "adorable".
Agée de 40 ans et prénommée Philomène, selon Le Parisien, la mère de famille est une musicienne. Elle est décrite comme "adorable" par une voisine de Dampmart. "Elle était gentille et serviable", a également affirmé un camarade de classe du fils aîné de la famille.

> Le père choqué

Le père rentrait du travail. En état de choc, le père de famille a été pris en charge médicalement dans la matinée, avant d'être entendu. Selon des voisins, l'homme est sorti "en hurlant" de sa maison, vendredi matin, après avoir fait la macabre découverte.

Selon une source policière, ce praticien, médecin spécialiste dans la commune voisine de Lagny-sur-Marne et exerçant en partie en milieu hospitalier, rentrait de son cabinet médical quand il a découvert ses enfants dans un bain de sang.

> Une famille sans histoire ?

Les voisins font part de leur "incompréhension". Les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles privilégient clairement la piste du drame familial dans cette affaire. Pourtant, les témoins évoquent une famille sans histoire.
"Tout le monde les connaissait ici. C'est l'incompréhension", a ainsi déclaré, sous couvert d'anonymat, une voisine, qui a décrit une "famille discrète" et "sans problème", affirmant que le plus jeune garçon était autiste.

Des différends au sein du couple.
Bien que décrite comme "adorable", la mère aurait cependant eu des problèmes d'alcool. Selon des voisins, interrogés par BFMTV, le couple serait en instance de divorce et connaîtrait des problèmes concernant la garde des enfants.

Selon Le Parisien, la famille avait fait parler d'elle, en 2007, lorsque les deux plus jeunes enfants avaient été frôlés par un train circulant à 140km/h, alors qu'ils jouaient à proximité d'une voie ferrée. Ils avaient miraculeusement échappé à la mort.

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?