En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Fronton d'un tribunal correctionnel. (Illustration)
 

Le tribunal de Meaux a condamné vendredi à 197.000 euros d'amende un viticulteur passionné de vestiges gallo-romains qui était soupçonné d'avoir sciemment pillé des sites archéologiques.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

49 opinions
  • ANSALDO
    ANSALDO     

    Bonjour je ne suis pas détectoriste, peut-être qu'un jour j'essayerai. Néanmoins je pense que c'est une passion saine et que c'est une cause qu'il faut défendre d'où mes postes. Pour les disparitions dont vous parlez je ne suis pas étonné étant un jour allé chez un ami archéologue qui ma relaté de tel agissements. D'ailleurs agissements que j'ai essayé de mettre à la lumière des contributeurs que nous sommes sur BFM avec le documentaire "Dans le secret des épaves Chasseurs d'épaves en Méditerranée" passé sur TF1 le 27 Juillet où vous y verrez la famille Joncheray, Archéologues agréés, qui pratiquent l'archéologie sous-marine en famille et qui se ne cachent pas de posséder une collection impressionnante d'amphores à domicile.

  • Historico
    Historico     

    Une petite anecdote : dans les années 80, des ouvriers dragant un fleuve découvrent un important dépôt monétaire romain en or. Il le déclare et sont convoqués le jour même au SRA. Pendant que les inventeurs sont dans le bureau du conservateur régional, la gendarmerie perquisitionne au domicile des inventeurs sans résultats. Ou plutôt si : plus aucune découverte n'a été déclarée suite à des dragages sur ce fleuve. Et pourtant : une archéologue de renom a toute sa carrière publié des découvertes de détectoriste et certaines découvertes issues du dragage de ce fleuve, qui compte-tenu de l'état d'esprit du SRA, ont été vendues à l'étranger (épées en bronze celtiques notamment).

  • ANSALDO
    ANSALDO     

    @Leonard21. Monsieur merci pour votre poste. Juste une question. S'il vous plait, en quoi un petit objet en bronze, un bout de cuivre, un clou, une monnaie isolée, voir une broche ancienne donnerait des indications sur les structures à la verticales. Maintenant parlez moi d'éléments de toiture ou du mortier utilisé et je partage votre avis. Mais un prospecteur détectoriste ne ramasse pas les éléments de construction ancienne. Donc en somme un chercheur sera toujours à même d'effectuer un tracé d'un ville antique, d'un villa romaine ainsi que d'une voie. Pour la datation ainsi que pour les échanges, les matériaux ainsi que la tessons de poteries fournissent les réponses.

  • Bamboula002
    Bamboula002     

    Moi je collectionne les fers à boeuf, étonnant personne m'emmerde :o)

    David.

  • ANSALDO
    ANSALDO     

    @Lesemian, oui en effet, je n'ignore pas que des associations ouvrent à l'amélioration de la législation sans trop y parvenir d'ailleurs. Aussi je vous prie de prendre connaissance du fait suivant. Aujourd'hui les associations de détectoristes sont créées pour la plupart par des marchands de détecteurs de métaux. Ceux-ci œuvrent pour conserver leur commerce et donc la vente de détecteurs. Ils n'œuvrent pas pour la détection de loisir ou une meilleur gestion de la réserve patrimoniale du sous sol. Une meilleur gestion du patrimoine c'est sortir de ce carcan de légistes où un détectoriste est hors la loi et devra cacher ses trouvailles ou tout faire pour s'en débarrasser au marché noir pour ne pas avoir à payer 197 000 euros d'amendes.

  • ANSALDO
    ANSALDO     

    @Massac oui j'ai été choqué de voir durant ce documentaire où Mr Joncheray est entouré d'amphores chez lui, d'où mon poste le mentionnant... Les archéologues s'octroie des pièces de musés et veulent bien évidemment conserver le monopôle de l'exploitation des gisements archéologiques.

  • ANSALDO
    ANSALDO     

    @Lesemian oui sur eBay et d'autres sites de vente en ligne des petits objets sans grande valeur et n'apportant pas grand chose à l'histoire sont vendus. Selon vous qu'est-ce qu'il faut faire ? Les interdire afin de précipiter la sortie du territoire des objets trouvés. Comme ça se passe en Italie, en Grèce ou en Turquie.

  • Historico
    Historico     

    Bonjour,
    je suis prospecteur avec détecteur de métaux. J'ai eu une autorisation de prospection/inventaire par la DRAC (je ne nommerai pas la région) pendant quelques années. En fait c'est le Service Régional d'Archéologie qui gère les autorisations. Le SRA de la région en question c'est un conservateur, 2 ingénieurs et 2 techniciens pour la période antique pour toute la région. il faut savoir que le niveau de ces personnes est pas du top niveau. Les archéologues sont en fait au CNRS et à la fac. C'est une guerre incessante entre les archéos et le SRA, car les archéos vivent fort mal, de devoir s'abaisser à demander les autorisations de fouilles à des personnes qui confondent des silex du néolithique et du paléolithique sup, ou des haches en bronze avec des lingots (c'est du vécu). Lorsque j'amenais des objets à identifier, le personnel du SRA me conseillait de ne surtout pas les laisser, à cause des disparitions régulières. Il suffit de parcourir les réserves des SRA pour voir comment est traité le patrimoine français (sacs éventrés, étiquettes d'identifications par terre, absence de classement...). Bref je vous assure que l'archéologie en France est un bordel sans nom. Par ailleurs, reste à savoir si le couple condamné passait le détecteur sur des sites déjà déclarés ou en fouille. Si c'est le cas, ils font parti des détectoristes qu'il faut punir et bannir.

  • DeLafistiniere
    DeLafistiniere     

    Et bien encore une histoire de fou. Pauvre viticulteur, comment peut-on ruiner quelqu'un pour de la petite trouvaille archéologique. La France devient vraiment un drôle de pays. Ansalodo ++++ 10 000

  • Leonard21
    Leonard21     

    @ANSALDO : si vous aviez un minimum de connaissances archéologiques, vous sauriez que dans les champs, les objets que l'on trouve en surface se trouvent dans la plus grande majorité des cas à la verticale (à quelques centimètres près) de leur emplacement d'origine. Ainsi, en faisant des prospections pédestres dans les champs, des personnes qualifiées peuvent, à l'aide d'un GPS ou d'une simple carte, mettre en évidence une structure archéologique, sa forme, son emplacement... Ainsi, même en prenant des objets à la surface, nous détruisons de nombreuses informations utiles aux archéologues...

Lire la suite des opinions (49)

Votre réponse
Postez un commentaire