En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Nicolas Bonnemaison à son arrivée à la cour d'appel de Pau, le 6 septembre 2011.
 

JUSTICE - Nicolas Bonnemaison, médecin à l'hôpital de Bayonne, est accusé d'avoir empoisonné sept patients en fin de vie. Le praticien, qui assume ses actes, affirme qu'il était de son devoir de "mettre fin à des souffrances extrêmes".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • vdcdog
    vdcdog     

    A EBE5 - mon mari ne souhaitait pas mourir non plus, lui qui était carpiste no Kill, qui adorait la nature, la vie dans tout ce qu'elle offre de beau et de merveilleux. Lui qui aimait la fête, les amis, qui a travaillé toute sa vie sans jamais s'arrêter, malgré des côtes cassées, un début de septicémie, et j'en passe!
    Et pourtant, il est mort, cela fait 6 mois. Il a demandé l'euthanasie, phase terminale de cancer. A ce moment là, le médecin est parti en courant,; et dès que j'ai franchi la porte, ils l'ont morphinisé, en disant qu'il ne sentirait rien...
    Je vous affirme que tout cela est un tissu de con..ries, le médecin en a convenu lorsque mon doudou, soit disant sous morphine, l'a chopé au col et lui a fait faire un soleil. J'avais demande que toujours on parle devant lui, qu'on lui parle en vivant, et qu'on pratique l'euthanasie demandé, requise, suppliée! en vain!
    Sauf que le médecin est soit-disant le référent; (Or vous ne le voyez jamais, il a fallu que je menace pour qu'il se déplace, déléguant son pouvoir aux infirmières, et aux ASH de soins palliatifs - mon mari est mort chez nous, entouré de nous, et je regrette de ne pas avoir respecté ma parole de l'euthanasier, sauf qu'à part la morphine, il n'était pas branché... il aurait fallu que je l'étouffe... je peux tout raconter si vous pouvez le supporter, je ne savais pas que je pourrais faire tout ce que j'ai fait, mais j'ai tout fait, jusqu'à la toilette, la dernière.
    Vous ne voulez pas mourir, c'est idiot, c'est un souhait irréalisable.
    Le tout est de vivre en honnête homme, et de mourir comme on le souhaite.
    Ceux qui savent par exemple qu'ils vont mourir par la maladie de Charcot, qui arrête toutes les fonctions les unes après les autres, ont le droit de demander le suicide assisté.
    Ceux qui ne le désirent pas ne le demanderont pas, c'est tout.
    C'est aussi une histoire de démocratie, il me semble, d'avoir le choix. Nous ne désirons rien imposer, à personne, mais nous désirons être respectés dans ce que nous pensons être notre dignité d'êtres libres, conscients de notre mort à venir, et aptes à prendre les décisions qui nous concernent en toute conscience.
    Personnellement, je refuse catégoriquement d'être soignée en cas de maladie grave, je refuse catégoriquement de leur servir de cobaye, je refuse qu'on ne me dise pas la vérité, qu'on me gave de poison. Je peux pouvoir dire "je veux mourir debout", sans trop de modifications corporelles, parce que c'est mon droit.
    J'ai tout payé, je ne dois rien à personne, j'ai averti ma famille depuis mon enfance, ils savent que je partirais ainsi, les médecins n'ont rien à voir là-dedans. Je veux partir comme j'ai vécu, debout! en femme libre!

  • vdcdog
    vdcdog     

    Pardon pour les cathos, les bons pensants, les bons croyants, ceux que l'on ne voit jamais dans la vraie vie, malgré leur Dieu si merveilleux qui leur demande d'être si bons, mais bon, l'autisme est augmentation spectaculaire, il doit y avoir relation de cause à effet...

    Ce qui se passe actuellement est sans précédent si on réfléchit, en Occident.
    On meurt seul, dans des hôpitaux, "soigné" par des étrangers, infantilisés, et je vous l'assure pour l'avoir vécu, sans aucune place pour la dignité humaine.
    Ce monsieur risque la prison pour avoir accompagné des hommes et des femmes à mourir.
    Quelle saloperie! Quel acte dommageable!
    Il leur restait toute leur agonie à vivre, #$%$ On leur a volé le droit de souffrir, le droit de s'étouffer dans leurs glaires, le droit de s'étouffer par manque d'oxygène, le droit d'avoir des aphtes plein la bouche, une langue gonflée, des yeux révulsés, le reste à l'avenant. Je peux tout raconter, de ce que j'ai vécu, et de ce que mon mari a subi, malgré sa demande répétée de mourir dignement.
    Et lorsqu'ils vous disent 6 mois, il vous reste trois semaines!

    Quand des états envoie des pauvres types se faire charcuter dans des guerres immondes, au nom de quoi? de quel pouvoir? au nom de quel honneur?

    A t on si peur de mourir dans nos terres, dans nos hôpitaux inhospitaliers?

    S'ils n'avaient pas leurs machines, à quoi seraient-ils bons, ces gentils médecins qui vous maintiennent "en vie", parce qu'ils refusent d'être témoins de ce qu'ils considèrent comme un échec, leur échec:
    Parce que la Loi Léonetti leur fout la trouille, la peur de se retrouver devant les Tribunaux.

    Allez voir sur Public Sénat le reportage "un homme demande à mourir"; édifiant de mensonge, envers le malade, envers sa famille; écoeurant, ce médecin qui dit "si c'était moi, je demanderais la même chose, mais en tant que médecin, je ne peux pas faire cela"; les équipes soignantes qui refusent de "faire le SALE BOULOT"

    Aider un être à mourir, l'entourer de son amour, de son affection, être là pour son trépas, respecter son désir de mourir dignement, non pas morphinisé à mort, pour qu'il n'ait plus de volonté propre, c'est cela notre modèle?

    J'ai accompagné mon mari, et le serment d'Hippocrate reste pour moi hypocrite, j'en aurais rigolé si ce n'était pas si nauséeux. Lisez le avec l'esprit critique, à l'aulne des factures que l'on vous fait payer pour des fins de vie qui ne sont que des agonies.

    Moi je leur ai dit qu'il m'avait entrée dans un cycle nazi;

    Aujourd'hui, on meurt seul, sans spiritualité (et je ne parle surtout pas de religion), avec ses angoisses, ses doutes, ses peurs. Ils vous maintiennent ainsi le plus longtemps possible (oserais je penser qu'en même temps, on facture les journées?)

    J'ai rempli mes directives anticipées de l'ADMD, j'ai assisté à des réunions ou les médecins vous disent qu'ils ne sentent pas obligés de les respecter! On croit rêver!

    C'est le moment pour les consciences de se réveiller, de reprendre le bâton de pèlerin, et pour ceux qui le veulent, uniquement eux, de s'engager, de dire que nous sommes des êtres libres, que nous désirons mourir en Homme, c'est à dire DEBOUT.
    Que les autres meurent comme ils veulent, je m'en fout!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Bien évidemment à force de ne jamais vouloir avoir à gérer la fin de vie, à la déléguer à autrui, à s'en laver les mains, on ne sait plus ce qui s'y passe. Mais la faute à qui ? Ceux qui se plaignent des doutes et des portes ouvertes n'ont qu'à aller voir ce qui se passe dans les hôpitaux où se trouvent tous ces gens en phase terminale ou chaque seconde de vie supplémentaire est une souffrance interminable. C'est quand même bien facile de parler de la vie tranquillement assis devant son ordi.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Si les consentements étaient recueillis dans un cadre approprié, tout ça serait plus clair, ce serait positif pour tout le monde. Que ceux qui ne veulent plus vivre aient accès à cette liberté, et que ceux qui prennent sur eux pour les aider soient reconnus en tant que tel. Et ma foi si ce sont des psychopathes c'est encore mieux ça évitera de traumatiser des gens sensibles.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    C'est marrant de voir à quel point les personnes en bonne santé qui ne veulent (ma foi fort logiquement) pas mourir font la leçon à des gens en phase terminale qui ne veulent plus vivre et à ceux qui risquent de tout perdre pour leur venir en aide, tout ça sur la base de fantasmes ...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    On a eu la définition de la "bonne mort", maintenant la définition de la "bonne justice" : une tape sur les doigts des criminels, des relaxes au moindre prétexte, mais un zèle exemplaire pour trouver des responsabilité (pour les autres) où il n'y en a pas ou pour sanctionner des gens qui ne sont pas des crapules.

  • Surdemoi
    Surdemoi     

    Doc Anesth, Vous n'êtes ni médecin ni anesthésiste-réanimateur, vous êtes un charlatan qui se fait passer pour un médecin, car avec des fautes aussi nombreuses, vous ne pouvez être qu'un petit rigolo. Donner son avis oui, mais se faire passer pour quelqu'un autre non.

  • FLAADERCHE07
    FLAADERCHE07     

    +10000000000000000000000000000000000

  • FLAADERCHE07
    FLAADERCHE07     

    BONJOUR , DOC ANESTH
    MERCI , de votre témoignage très IMPORTANT , vous faite honneur a votre
    PROFESSION ,ainsi qu'a vos CONFRERES , et j'ai pour vous tous un profond respect

  • FLAADERCHE07
    FLAADERCHE07     

    A EBE 5
    Je comprend bien , que vous ne voulez pas mourir , comme tout le monde ,
    mais hélas quand la médecine , ne peut plus rien faire , et que vous souffrez le MARTYRE ? IL Y A UN MOMENT ,ou vous serrez demandeur de cette délivrance , je sais de quoi je parle .
    ( et jamais ne dire FONTAINE JE NE BOIRER DE TON EAU )

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire