Pilules : "sûrement des centaines de décès"

Le président de l’association d’aide aux victimes d’erreurs médicales Dominique-Michel Courtois estime dans une interview à "Sud-Ouest" qu’un scandale sanitaire se dessine.

L. B.
Le 01/02/2013 à 21:30
 (Wikimedia)

L'Agence française du médicament interdit la fausse pilule Diane 35 - 30/01


Le président de l'institut Necker sur BFMTV : "On devrait interdire 45 pilules" - 30/01


Le docteur Dominique-Michel Courtois, président de l’association d’aide aux victimes d’erreurs médicales est intervenu sur l’émission "Le Zoom" des rédactions de Sud-Ouest et de la chaîne girondine TV7.

Tout en ne jetant "pas l’opprobre sur la pilule", il conseille d’aller voir son médecin prescripteur et lui demander s’il a pris en compte les différents facteurs : antécédents familiaux, examens de sangs. "Il y a eu quatre morts déclarés", indique-t-il, mais "il est certain que ce ne sont pas quatre morts, mais des centaines de morts".

L'Agence du médicament (ANSM) a annoncé le 30 janvier la suspension de la commercialisation de Diane 35 et de ses génériques, un traitement anti-acné abusivement utilisé comme contraceptif et qui a fait quatre morts en 25 ans.

En septembre, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait annoncé le déremboursement des pilules de 3e et 4e génération au 30 septembre 2013 après un rapport de la Haute autorité de santé (HAS).

La question du jour

Comprenez-vous que la mairie du 6e arrondissement à Paris veuille "évincer systématiquement" les Roms?