En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • Octavia66
    Octavia66     

    Bravo Jmarc. Quand j'étais à l'école on était souvent puni et on acceptait les punitions sans un mot. Les profs avaient de l'autorité et ç'était très bien. Mais voilà c'était en 1964.... Les parents sont fautifs. La politesse n'existe plus et la France est en train de devenir un pays du tiers monds.... Pauvre France.

  • jmarc
    jmarc     

    Un jour, en cm2, j'ai reçu une gifle du directeur de l'école pour avoir oublié de retirer mon béret alors qu'il m'adressait la parole ( je gardais ce béret constamment pour protéger une blessure à la tête étant de plus hémiplégique), je n'en suis pas mort, mais c'était en 1954...Imaginez le tollé que ça ferait aujourd'hui! J'ai honte pour les parents qui n'ont aucun respect . Pauvre société.

  • Tahaan
    Tahaan     

    Maintenant même l'éternuement d'un enseignant en classe va être considéré comme insulte à l'élève...on croit rêver...
    Il n'y a plus aucune éducation possible dans ce pays.Mon épouse est directrice d'école en ZEP et tous les jours les parents font "intrusion" dans l'établissement pour discuter toutes les décisions prises pour le horaires, la cantine, les retards...et j'en passe .
    Alors c'est simple: imaginez donc la même situation dans le bloc opératoire d'un hôpital ou la tour de contrôle d'un aéroport...Eh oui çà en fait rire certains eh bien rassurez vous on y arrive très vite..
    Il est bien loin le temps où un enseignant pouvait coller une gifle à un élève mal poli.un coup de règle sur les doigts voire une fessée.j'ai connu celà et dans le circuit laïc et non pas privé catho...Jamais je n'ai eu envie d'en découdre avec le maîitre qui le faisait. De surcroît il en parlait à ma mère et je prenais une nouvelle "bouffe" pour la peine. Je sais lire, écrire correctement, je ne suis pas traumatisé avec défoulement sur mon fils de 32 ans, je n'ai pas tué de chat, de chien. Donc je me considère "bien élevé" et dans le respect d'autrui mais devant notre attitude de soixante huitards qui disaient "il est interdit d'interdire" nous en sommes arrivés à l'inverse absolu..complété par les racismes de tous genres que les jeunes ne manquent pas de nous jeter à la figure. Ils sont racistes envers les gens de souche et si je leur dit que je suis d'origine Italienne alors leur propos se radoucit et je fais dès lors partie de leur groupe. j'ai 62 ans et je bosse dans un collège de La Courneuve. je ne suis pas enseignant mais au contact direct de ces jeunes. Leur famille ne se soucie pas de leur éducation car pour certaines ethnies il y a un ordre culturel et social établi par des règles qui sont incompatibles avec les valeurs que nous volons leur enseigner. Il n'y aura pas de résultat probants en ce sens tant que nous accepterons que la loi de leurs cultures prévalent sur la laïcité de l'enseignement.
    Vous pouvez retourner le problème dans tous les sens le résulta sera le même. Il faut préserver avec rigueur notre système éducatif qui loin d'être parfait garanti une éducation pour tous pour autant que tous les acteurs jouent le jeu.
    regardons dans d'autres pays européens ne serait ce que la tenue scolaire obligatoire pour tous qui supprime cette mode de la rivalité des marques. Tous deviennent égaux et aucune convoitise du blouson, des chaussures et autres signes pouvant entraîner des convoitises et du rackett.

    Alors une bonne fois pour toutes ne laissons pas un ou une adolescente construire la vie de son entourage autour de ce type de violence.
    l'apprentissage est un long chemin dont il convient de ne pas brûler les étapes même si l'on pense y être préparé

  • deuxc
    deuxc     

    Au lieu de faire la fanfaronne, la mère pourrait éduquer sa fille. la politesse, tout le monde ou presque le sait, ça s'apprend! J'espère que l'enseignante ne lachera pas le morceau et que non seulement la gamine reçoive des sanctions sévères, mais aussi la famille; c'est elle qui est en charge et responsable des actes délictueux de sa progéniture.

  • Enayram
    Enayram     

    ... pas sûr !!

    Il aurait été intéressant d'avoir le nom de inadaptés sociaux...

    Les journalistes balancent des bribes d'infos ; article ni fait ni à faire...

  • Verdun II
    Verdun II     

    Encore une affaire raciale , l'enseignante a bien raison de pas ce laissez faire par des enfants violent qui ne cherche qu'a foutre la merde .....

  • Verdun II
    Verdun II     

    Samedi soir, à l'issue de son défèrement, la collégienne soupçonnée d'avoir frappé son enseignante a été mise en examen.

    Samedi soir, Me Sarah Monastiri, avocate de la collégienne soupçonnée d'avoir frappé une enseignante, confirmait que la jeune fille avait été mise en examen pour "violences sur personne chargée d'une mission de service public". "Le parquet avait également demandé à ce que Julie* soit placée en foyer dans un cadre pénal, mais elle a finalement fait l'objet d'une mesure d'assistance éducative au domicile de sa mère", indique l'avocate.

    Une décision accueillie avec soulagement par la jeune fille : "Ce qui l'inquiétait surtout était de savoir si elle pourrait retourner chez sa mère. Après la garde à vue, qui a été une expérience extrêmement traumatisante pour elle, elle n'aspirait qu'à cela". Car Julie avait été placée en garde à vue vendredi matin, suite à des faits de violences envers sa professeur de français, jeudi au collège Saint-Exupéry. Des faits pour lesquels deux versions s'opposent, l'enseignante et la collégienne s'accusant mutuellement d'avoir engagé les violences, survenues alors que Julie venait, 'par jeu', de jeter la chaussure d'un camarade par la fenêtre. Chacune de leur côté, l'enseignante et la mère de la collégienne, âgée de 13 ans, ont déposé plainte.

    Nouvelle audition

    Samedi matin, lors de la confrontation entre l'enseignante et l'élève, les deux versions ont été maintenues. "Ensuite, Julie a été à nouveau auditionnée et elle a précisé que l'enseignante l'avait tirée vers le sol alors qu'elle se trouvait près de la fenêtre, la faisant tomber lourdement au sol. C'est alors que Julie a lancé la première gifle".

    Une gifle, suivie d'un échange de coups entre l'enseignante et l'élève. "Mais les injures proférées par l'enseignante à l'encontre de Julie, et qui sont au départ de l'altercation, sont attestées par de nombreux élèves qui ont été entendus par la police".

    Me Monastiri précise encore que, si le parquet n'envisage pas de donner suite à la plainte déposée par la mère de Julie, cette dernière réfléchit à prendre de nouvelles mesures. "Nous nous sommes donné le temps du week-end pour réfléchir à un dépôt de plainte avec constitution de partie civile, ou à une citation directe. Parce qu'il est hors de question que Julie subisse seule les conséquences de ces actes".

    -----------------------

  • Verdun II
    Verdun II     

    encore des gitans sur ce coup là!!!!

  • deuxc
    deuxc     

    Sait-elle lire et parler cette jeune enfant? Nous voyons clairement que c'est la société qui a conduit une élève à frapper une prof. Trop de pression, de stress, trop de devoirs à la maison, des horaires de cours interminables, peu de vacances, etc...Et pourtant, les témoignages concordent tous: gentille, serviable, polie...Quelle vie, mais quelle vie...

  • mikedu26
    mikedu26     

    Faut pas s'étonner c'est ce qui arrive quand on condamne un père pour avoir donné une fessés. Plus de fessés = moins de wesh wesh qui se croient tout permis même taper les profs. Dans les années 60 et bien avant les enfants craignaient les profs et pas l'inverse mais plus depuis que Mitterand a instauré le laxisme et que la pédagogie de merde appliqué par des gauchos a la con a envahit le système (sous)éducatif.

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire