En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
A migrant rests on the basketball court of disused secondary school Guillaume-Bude, in Paris, on August 2, 2015. According to volunteers, around 200 migrants, some of whom were expelled from the camp on Rue Pajol, are currently occupying the annexe of the secondary school in the 19th district of Paris. AFP PHOTO / ALAIN JOCARD
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  •  JOHANN
    JOHANN     

    Les salaires et les retraites sont gelées depuis 2012, mais y a des sous
    pour tous les migrants.

  •  JOHANN
    JOHANN     

    Bientôt les élections. ♥♥

  • iamagic
    iamagic     

    Merci! Nos impôts locaux et taxes foncières, stationnement vont augmenter de façon exponentielle!!

  • Emilie2a
    Emilie2a     


    C'est la lutte finale
    Un combat d'initiés
    C'sont les perdants qui gagnent
    Nos dames émancipées
    Les médias, sous le roi
    Mon peuple articulé
    D'un pantin aux longs bras
    Faut pas venir pleurer

    Allons enfants de la patrie,
    Le jour de gloire est terminé,
    Entre nous deux, la tyrannie
    Sous l'étendard, sang élevé
    Entendez-vous dans nos campagnes
    Mugir nos pauvres de faim, de froid ?
    Qu'ils viennent jusque dans nos bras
    Pleurer dans nos villes, nos sarcasmes

    Aux armes
    Aux armes
    Et cetera

    Que veut cette horde de militaires,
    De traitres et de rois conjurés ?
    Quand ils nous trainent,
    Quand ils nous traitent de cons,
    De braves, de pauvres Français, quoi ?
    Ces cohortes étrangères feraient la loi
    Dans nos foyers, quoi ?
    Nos flics, soldats mercenaires
    Alors qu'on est tous étrangers...

    Aux armes
    Aux armes
    Et cetera

    L’État comprime et la loi triche
    L'impôt se ride, est malheureux
    Nul devoir ne s'impose aux riches
    Le droit du pauvre est un mot creux
    Des preuves qui s'ramassent à la pelle
    L'égalité n'existe pas
    Pas de droit sans devoir, dit-elle
    Égaux à la naissance, parfois
    Liberté, liberté chérie
    Ceux qu'ont la thune n'ont que l'odeur
    Amour sacré de la patrie
    Quand la fraternité se meurt
    Quand la fraternité se meurt...

    Aux armes
    Aux armes
    Et cetera

    C'est la lutte finale
    Un combat d'initiés
    C'sont les perdants qui gagnent
    Nos dames émancipées
    Les médias, sous le roi
    Mon peuple articulé
    D'un pantin aux longs bras
    Faut pas venir pleurer

    Aux armes,
    Aux armes,
    Et cetera...

  • tintin
    tintin     

    5.5 millions d'euro pour les migrants ? J'aurais aimé voir cet argent débloqué pour NOS SDF qui meurent dans les rues en hiver. 2017 arrive. Ils vont le payer cher.

  • toto le modo
    toto le modo     

    Conseil général
    Pour savoir d’où vient l’argent, il suffit de regarder les feuilles d’impôts : taxes foncières et taxes d’habitation reçues à la maison. On trouve une colonne pour la commune, une pour le département et une autre pour la région.

    Missions et compétences DU CONSEIL départementAL


    L'Action Sociale

    Il assure l’accompagnement de chacun grâce à divers modes d’intervention :

    L’aide aux personnes âgées et handicapées
    Le soutien matériel, psychologique et éducatif aux familles, la délivrance d’autorisation et l’appui financier aux structures d’accueil de la petite enfance.
    La protection sociale et sanitaire de l’enfance et de la famille, le paiement du RMI, l’aide au fonctionnement de l’Agence Départementale d’Insertion et la mise en place d’actions visant à favoriser l’insertion sociale et professionnelle.
    Le logement social

    La Contribution à la mise en place de dispositifs d’insertion et de lutte contre la précarité et l’exclusion.


    L'Éducation

    Outre les collèges, Le Conseil départemental s’implique également dans l’enseignement de façon générale.
    Ainsi, il accompagne les lycéens et étudiants dans la poursuite de leur cursus grâce à l’attribution d’aides et de prêts :

    Prêts d’honneur, prêts complémentaires à la bourse nationale
    Bourses du Président
    Prix d’excellence à destination des bacheliers
    Bourses attribuées dans le cadre des recherches doctorales et post doctorales.


    Le transport interurbain

    En tant qu’autorité organisatrice, le Conseil départemental veille au développement et à la modernisation des transports grâce notamment à la mise en place du système de billettique permettant une offre de services répondant aux attentes des usagers, à l’implantation d’abris bus et de plates-formes d’échanges.


    L'aménagement du territoire

    Le Département gère le réseau routier départemental en travaillant quotidiennement à le moderniser et le sécuriser pour ses usagers, afin de faciliter leurs déplacements (travaux d’accotements, d’enrobage, d’éclairage public, de marquage,…). Il entretient les équipements aéroportuaires et des infrastructures portuaires en finançant les travaux de modernisation.
    Enfin, la collectivité conjugue protection de l’environnement, du patrimoine naturel et préservation du cadre de vie de la population avec des actions de sauvegarde et de mise en valeur des espaces naturels sensibles.
    Elle œuvre pour l’amélioration du recyclage des déchets dans le cadre du Plan Départemental d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA), dont elle a assuré la révision de 2005 à 2008.


    Le sport et la jeunesse

    Le Conseil départemental met en oeuvre une politique pour aider à l’épanouissement des jeunes, particulièrement en développant l’offre sportive sous toutes les formes.
    Par exemple, un soutien appuyé a été apporté au travers des ligues, clubs et comités et bien sur aux associations pour leur fonctionnement.
    En matière d’équipements, la construction et la rénovation des installations sportives ont été très importantes. Il s’est agi également de contribuer à la création d’équipements de proximité dans les communes, tels que gymnases, terrains de sport, parcours sportifs …


    La culture

    Soutenir l’innovation culturelle la création la diffusion élargir l’accès à la culture auprès d’un public de plus en plus diversifié, préserver et valoriser le patrimoine sont les axes majeurs de l’action culturelle départementale.

    Les engagements de l’assemblée concernent notamment :

    La mise en valeur du patrimoine
    Le soutien à la politique du livre et de la lecture
    La diffusion artistique, par l’enseignement ou la création d’évènements culturels
    La rénovation des monuments historiques.

  • toto le modo
    toto le modo     

    ça a plutôt l'air d'un sdf sur la photo, les réfugiés eux sont logés

  • La comtesse
    La comtesse     

    77 OOO HLM POUR LES MIGRANTS
    279 MILLIONS d' euros débloqués par Valls (empruntés au Qatar ?)
    5,5 MILLIONS par l'île de France.......
    à vot' bon coeur, m'sieurs dames etc..........
    Telle est la question que, désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des « migrants ». Subitement, il semble possible de débloquer des budgets et de trouver des lieux pour héberger des populations entières qui ont quitté leur pays pour venir s’installer chez nous. Comme par enchantement, le gouvernement trouve 1.000 € par place d’hébergement de clandestin. Mais où était cet argent pour loger les SDF qu’on laisse crever seuls et abandonnés dehors ? Aujourd’hui, il vaut surement mieux s’appeler Tarik que Bernard, venir de Syrie plutôt que de Clichy.
    En février dernier, la fondation Abbé-Pierre avait pointé du doigt l’échec des politiques dans la lutte contre le mal-logement. La France peut ainsi s’enorgueillir de détenir un triste record avec 3,5 millions de personnes mal logées ! Comme le révélait une enquête parue dans Le Monde, « le 115, numéro d’urgence pour les sans-abri, a, lors de l’hiver 2013-2014, reçu 355.000 demandes d’hébergement mais ne dispose que de 140.000 places […] Le droit au logement opposable, créé par la loi Boutin en 2007, a reconnu 147.000 personnes prioritaires mais 55.000 restent sans solution. Le nombre de demandeurs d’un logement social atteint
    1,8 million, alors que seules 467.000 HLM sont attribuées chaque année, satisfaisant moins d’un quart des demandes. »
    De son côté, l’Armée du Salut, qui vient de fêter ses 150 ans d’existence, constate que la misère ne cesse de se développer. Quant à leurs centres d’accueil, ils sont tous pleins. Impossible, donc, de loger tous ceux qui viennent à leur rencontre pour demander de l’aide.
    On ne parvient donc pas à offrir un toit à tout le monde en France ? Qu’importe ! Malgré cette situation préoccupante, des fonctionnaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) préfèrent s’activer en Allemagne pour inciter des milliers de « réfugiés » à venir s’installer chez nous, dans le cadre du « plan d’urgence » décrété par François Hollande. Et pour mettre toutes les chances de leur côté, ils se sont même décidés à distribuer des prospectus en arabe…
    En France, l’association Singa a lancé l’initiative CALM (Comme À La Maison) avec un site Web proposant à des familles d’héberger des clandestins pendant plusieurs mois. Une sorte de Airbnb pour « migrants » qui ne peut qu’inciter les candidats à l’exil à venir tenter leur chance en France. Le slogan est assez clair :« Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? Hébergez un réfugié ! » Et nos SDF qui dorment dans la rue ? Seraient-ils trop de souche pour intéresser ces militants associatifs ?
    Le gouvernement est également prêt à apporter un certain nombre d’aides aux communes qui acceptent de mettre en place des dispositifs d’hébergement pour les « réfugiés ». Claude Huet, ancien SDF et responsable de l’association SOS Sans-Abris, dresse aujourd’hui un constat amer : « Quand j’ai été reçu au ministère, j’avais demandé que chaque commune de France accueille un SDF. On m’a répondu que ce n’était pas possible ! » Déjà en mai dernier, Claude Huet avait expliqué que les Français de souche semblaient être des citoyens de seconde zone dans leur propre pays : « Un centre d’hébergement d’urgence de 250 “lits” et seulement 3 Français ! C’est de la préférence nationale ou étrangère ? »
    Quand les jeunes identitaires sont venus en aide aux SDF français de souche, des voix se sont élevées pour dénoncer une « discrimination ». Aider les autres avant les nôtres, c’est mieux car cela participe à l’accélération de l’invasion…

    toto le modo
    toto le modo      (réponse à La comtesse)

    elle est devenue belle la France, on bloque les retraites pour raison de caisses vides et on distribue joyeusement l'argent à des inconnus
    c'est ça les socialistes, prendre aux uns pour donner aux autres

  • La comtesse
    La comtesse     

    77 OOO HLM POUR LES MIGRANTS
    279 MILLIONS d' euros débloqués par Valls (empruntés au Qatar ?)
    5,5 MILLIONS par l'île de France.......
    à vot' bon coeur, m'sieurs dames etc..........
    Telle est la question que, désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des « migrants ». Subitement, il semble possible de débloquer des budgets et de trouver des lieux pour héberger des populations entières qui ont quitté leur pays pour venir s’installer chez nous. Comme par enchantement, le gouvernement trouve 1.000 € par place d’hébergement de clandestin. Mais où était cet argent pour loger les SDF qu’on laisse crever seuls et abandonnés dehors ? Aujourd’hui, il vaut surement mieux s’appeler Tarik que Bernard, venir de Syrie plutôt que de Clichy.
    En février dernier, la fondation Abbé-Pierre avait pointé du doigt l’échec des politiques dans la lutte contre le mal-logement. La France peut ainsi s’enorgueillir de détenir un triste record avec 3,5 millions de personnes mal logées ! Comme le révélait une enquête parue dans Le Monde, « le 115, numéro d’urgence pour les sans-abri, a, lors de l’hiver 2013-2014, reçu 355.000 demandes d’hébergement mais ne dispose que de 140.000 places […] Le droit au logement opposable, créé par la loi Boutin en 2007, a reconnu 147.000 personnes prioritaires mais 55.000 restent sans solution. Le nombre de demandeurs d’un logement social atteint
    1,8 million, alors que seules 467.000 HLM sont attribuées chaque année, satisfaisant moins d’un quart des demandes. »
    De son côté, l’Armée du Salut, qui vient de fêter ses 150 ans d’existence, constate que la misère ne cesse de se développer. Quant à leurs centres d’accueil, ils sont tous pleins. Impossible, donc, de loger tous ceux qui viennent à leur rencontre pour demander de l’aide.
    On ne parvient donc pas à offrir un toit à tout le monde en France ? Qu’importe ! Malgré cette situation préoccupante, des fonctionnaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) préfèrent s’activer en Allemagne pour inciter des milliers de « réfugiés » à venir s’installer chez nous, dans le cadre du « plan d’urgence » décrété par François Hollande. Et pour mettre toutes les chances de leur côté, ils se sont même décidés à distribuer des prospectus en arabe…
    En France, l’association Singa a lancé l’initiative CALM (Comme À La Maison) avec un site Web proposant à des familles d’héberger des clandestins pendant plusieurs mois. Une sorte de Airbnb pour « migrants » qui ne peut qu’inciter les candidats à l’exil à venir tenter leur chance en France. Le slogan est assez clair :« Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? Hébergez un réfugié ! » Et nos SDF qui dorment dans la rue ? Seraient-ils trop de souche pour intéresser ces militants associatifs ?
    Le gouvernement est également prêt à apporter un certain nombre d’aides aux communes qui acceptent de mettre en place des dispositifs d’hébergement pour les « réfugiés ». Claude Huet, ancien SDF et responsable de l’association SOS Sans-Abris, dresse aujourd’hui un constat amer : « Quand j’ai été reçu au ministère, j’avais demandé que chaque commune de France accueille un SDF. On m’a répondu que ce n’était pas possible ! » Déjà en mai dernier, Claude Huet avait expliqué que les Français de souche semblaient être des citoyens de seconde zone dans leur propre pays : « Un centre d’hébergement d’urgence de 250 “lits” et seulement 3 Français ! C’est de la préférence nationale ou étrangère ? »
    Quand les jeunes identitaires sont venus en aide aux SDF français de souche, des voix se sont élevées pour dénoncer une « discrimination ». Aider les autres avant les nôtres, c’est mieux car cela participe à l’accélération de l’invasion…

  • La comtesse
    La comtesse     

    77 OOO HLM POUR LES MIGRANTS
    279 MILLIONS d' euros débloqués par Valls (empruntés au Qatar ?)
    5,5 MILLIONS par l'île de France.......
    à vot' bon coeur, m'sieurs dames etc..........
    Telle est la question que, désormais, les Français sont en droit de se poser quand on assiste, médusés, à la multiplication des initiatives en faveur des « migrants ». Subitement, il semble possible de débloquer des budgets et de trouver des lieux pour héberger des populations entières qui ont quitté leur pays pour venir s’installer chez nous. Comme par enchantement, le gouvernement trouve 1.000 € par place d’hébergement de clandestin. Mais où était cet argent pour loger les SDF qu’on laisse crever seuls et abandonnés dehors ? Aujourd’hui, il vaut surement mieux s’appeler Tarik que Bernard, venir de Syrie plutôt que de Clichy.
    En février dernier, la fondation Abbé-Pierre avait pointé du doigt l’échec des politiques dans la lutte contre le mal-logement. La France peut ainsi s’enorgueillir de détenir un triste record avec 3,5 millions de personnes mal logées ! Comme le révélait une enquête parue dans Le Monde, « le 115, numéro d’urgence pour les sans-abri, a, lors de l’hiver 2013-2014, reçu 355.000 demandes d’hébergement mais ne dispose que de 140.000 places […] Le droit au logement opposable, créé par la loi Boutin en 2007, a reconnu 147.000 personnes prioritaires mais 55.000 restent sans solution. Le nombre de demandeurs d’un logement social atteint
    1,8 million, alors que seules 467.000 HLM sont attribuées chaque année, satisfaisant moins d’un quart des demandes. »
    De son côté, l’Armée du Salut, qui vient de fêter ses 150 ans d’existence, constate que la misère ne cesse de se développer. Quant à leurs centres d’accueil, ils sont tous pleins. Impossible, donc, de loger tous ceux qui viennent à leur rencontre pour demander de l’aide.
    On ne parvient donc pas à offrir un toit à tout le monde en France ? Qu’importe ! Malgré cette situation préoccupante, des fonctionnaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) préfèrent s’activer en Allemagne pour inciter des milliers de « réfugiés » à venir s’installer chez nous, dans le cadre du « plan d’urgence » décrété par François Hollande. Et pour mettre toutes les chances de leur côté, ils se sont même décidés à distribuer des prospectus en arabe…
    En France, l’association Singa a lancé l’initiative CALM (Comme À La Maison) avec un site Web proposant à des familles d’héberger des clandestins pendant plusieurs mois. Une sorte de Airbnb pour « migrants » qui ne peut qu’inciter les candidats à l’exil à venir tenter leur chance en France. Le slogan est assez clair :« Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? Hébergez un réfugié ! » Et nos SDF qui dorment dans la rue ? Seraient-ils trop de souche pour intéresser ces militants associatifs ?
    Le gouvernement est également prêt à apporter un certain nombre d’aides aux communes qui acceptent de mettre en place des dispositifs d’hébergement pour les « réfugiés ». Claude Huet, ancien SDF et responsable de l’association SOS Sans-Abris, dresse aujourd’hui un constat amer : « Quand j’ai été reçu au ministère, j’avais demandé que chaque commune de France accueille un SDF. On m’a répondu que ce n’était pas possible ! » Déjà en mai dernier, Claude Huet avait expliqué que les Français de souche semblaient être des citoyens de seconde zone dans leur propre pays : « Un centre d’hébergement d’urgence de 250 “lits” et seulement 3 Français ! C’est de la préférence nationale ou étrangère ? »
    Quand les jeunes identitaires sont venus en aide aux SDF français de souche, des voix se sont élevées pour dénoncer une « discrimination ». Aider les autres avant les nôtres, c’est mieux car cela participe à l’accélération de l’invasion…

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire