Goldman Sachs propose de baisser les salaires français de 30%

Dans une interview, un économiste de la banque propose de baisser les salaires de France de 30% pour enrayer la crise. Une idée "impossible à imposer politiquement", reconnaît-il.

A.K.
Le 30/01/2013 à 20:23
Mis à jour le 30/01/2013 à 20:30
Pour l'économiste en chef de la banque Goldman Sachs, il faudrait baisser les salaires français de 30%. (AFP)

"Ils osent tout, et de préférence le pire". La députée PS Marie-Noël Lienemann n’a pas mâché ses mots mercredi sur la proposition de Goldman Sachs sur les salaires français : la banque d'affaires américaine, déjà controversée, a proposé par la voix de Huw Pil, son économiste en chef, de baisser tous les salaires de l’hexagone de 30 % pour enrayer la crise.

Dans une interview au Huffington Post vendredi, Huw Pil a livré sa vision de la situation économique française.

"La France a un problème chronique (...). Notamment un manque de compétitivité et des déséquilibres dans ses comptes, explique-t-il. Il faudrait s’appuyer sur une baisse des salaires générale, afin de regagner de la compétitivité. On estime que la France devrait réduire sa moyenne salariale d’environ un tiers, ce qui est politiquement impossible à imposer, reconnaît-il."

"Le prix de la honte"

Ce n’est pas la première fois que Goldman Sachs fait polémique. La banque a d'ailleurs reçu mercredi, "le prix de la honte", symbole des mauvaises pratiques de la finance, décerné notamment par Greenpeace Suisse.

Goldman Sachs a donc obtenu le prix du jury, qui a jugé que la banque américaine était un "acteur central de la mondialisation, alimentant les profits de quelques rares nantis par le biais d'inégalités phénoménales et de l'appauvrissement de larges couches de la population".

En janvier 2011, la banque s'était aussi illustrée en annonçant que le salaire annuel de son PDG serait triplé. De 600.000 dollars, il est passé à 2 millions de dollars.

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?