En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une manifestation de soutien aux deux pilotes français retenus en République dominicaine, le 19 avril 2014, à Lyon.
 

Quatre ressortissants français ont été condamnés vendredi à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, dans le cadre de l'affaire "Air cocaïne". Il s'agit des plus lourdes sanctions dans un procès qui impliquait au total 14 personnes. Les proches des condamnés se disent "abasourdis". 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

32 opinions
  • AMANITES
    AMANITES     

    AMANITES



    Quatre Français ont été arrêtés mercredi à bord d'un Falcon qui s'apprêtait à quitter la République dominicaine. À son bord, 680 kg de cocaïne.



    Stupéfaction et colère. La saisie, mercredi à Punta Cana (République dominicaine), du Falcon 50 immatriculé F-GXMC bourré de cocaïne n'a pas fait rire Alain Afflelou. "Cet avion nous appartient en leasing, reconnaît-on dans l'entourage du grand patron français. Nous en avons confié la gestion à une société lyonnaise, la SN Trans Hélicoptère Services, qui vend des heures de vol à des gens qu'on ne connaît pas quand nous ne l'utilisons pas. Nous leur avons demandé des explications, en vain pour l'instant. Et nous avons mandaté notre avocat Me Temine pour nous porter partie civile dans cette affaire…"

    Une affaire qui a fait grand bruit à Saint-Domingue. Pas seulement à cause de la saisie de 680 kg de cocaïne – l'île touristique est considérée comme une importante zone d'expédition pour la drogue sud-américaine –, mais aussi et surtout avec l'arrestation de plus de 30 personnes (militaires, douaniers, policiers…) impliquées dans ce trafic. Une corruption à tous les étages qui permettait aux trafiquants de "charger" leurs avions sans le moindre contrôle.

    Gendarmes de Saint-Tropez et DEA américaine

    Le Falcon devait-il, mercredi, s'envoler à destination de Saint-Tropez après une escale aux Açores pour faire le plein de carburant ? Il était en tout cas bien surveillé. Les gendarmes locaux et un juge de Draguignan avaient en effet ce jet dans le collimateur depuis le début de l'année à cause de ses passages répétés sur le petit aéroport La Môle-Saint-Tropez. Les agents de la DEA – l'agence américaine anti-drogue –, avaient, eux, infiltré depuis des mois ce réseau en attendant la bonne occasion pour le faire tomber. Jusqu'au flagrant délit, mercredi au petit matin.

    Les 26 valises des occupants du Falcon viennent alors d'être mises en soute. Moteurs allumés, le Falcon est prêt au décollage quand un impressionnant dispositif policier se déploie… Quatre personnes descendent du jet privé, toutes de nationalité française. En catastrophe, l'OCRTIS (Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants) dépêche des enquêteurs sur place et la Jirs (juridiction interrégionale spécialisée) de Marseille se saisit du dossier initié par les gendarmes de Saint-Tropez.

    Qui sont les acteurs de cette "Dominican connection" s'apprêtant à ramener en France 680 kg de cocaïne? Le gestionnaire du groupe se nomme Alain Castany. Âgé de 67 ans, il apparaît sur des registres du commerce comme directeur d'une société suisse spécialisée dans l'aéronautique (il aurait été radié en 2012), ainsi que dans l'immobilier à Paris et en Roumanie. Le Marseillais Nicolas Pisapia, 38 ans, serait son homme de main. Quant à Victor Odos, 54 ans, et Pascal Fauret, 43 ans, basés dans la région lyonnaise, ils étaient les deux pilotes de l'opération. Aucun n'apparaîtrait sur les fichiers de la lutte anti-drogue.

    Selon une première estimation, la cargaison saisie représenterait une valeur marchande de plus de 20 millions d'euros, le kilo se négociant autour de 30.000 euros, contre 5.000 euros environ en République dominicaine.



  • beaudolo
    beaudolo     

    "J'ai perdu foi en la justice dominicaine", moi aussi mais pas en la dominicaine!

  • TUONO
    TUONO     

    Ils me font penser aux sportifs qui se font attraper pour dopage "à l'insu de leur plein gré"

  • TUONO
    TUONO     

    Ils me font penser aux sportifs qui se font attraper pour dopage "à l'insu de leur plein gré"

  • B500
    B500     

    ..."bah nous on conduit l avion ! On savait pas nous !!"

    Bah tiens !

    C est que la reponse pénale de la RD par rapport a la France, ca fait drôle !

  • valgego
    valgego     

    En France, une enquête a également été ouverte après l'interception de l'avion en République dominicaine. Mais dès janvier 2013, les gendarmes étaient sur la piste de "comportements suspects" de passagers d'un Falcon 50 ayant atterri un mois plus tôt à Saint-Tropez. Le 9 décembre 2012, un douanier en poste à Toulon (sud-est), soupçonné aujourd'hui de complicité, était allé accueillir l'avion, avec à son bord Pascal Fauret, Bruno Odos et Nicolas Pisapia. Il avait fait entrer sur le tarmac deux véhicules qui avaient emporté dix valises déchargées de l'appareil.

    Selon l'enquête, deux autres déchargements identiques avaient eu lieu en 2012. Un autre était prévu pour le 18 mars 2013. La défense des Français a fait feu de tout bois pour que ces faits ne soient pas utilisés par l'accusation.
    Article publié par l'express . Personnellement c'est en la justice française que j'ai " perdu foi " .

    Grincheux
    Grincheux      (réponse à valgego)

    l'innocence des pilotes semble compromise si ce fait se révèle exacte.

  • panorama8
    panorama8     

    et la France par intermédiaire de l'AFD continue de donner des dizaines de millions tous les ans à ce pays et pas plus tard que le mois dernier, la corruption règne en maître je vis depuis pas mal d'années en RD et je sais de quoi je parle.
    ce procès c'est tout simplement pour couvrir de très haut fonctionnaires impliqués dans cette affaire ici le peuple dominicain se mobilise pour faire éclater la vérité mais cela va être difficile car il y a les élections présidentielles en 2016

  • AMANITES
    AMANITES     

    AMANITES
    Ils étaient tout de même surveillés par la douane française mais les américains ont été plus rapide

  • 
         

    Chez nous la justice fonctionne bien ... demandez à Dieudo ... ;-)))

  • AgentK3
    AgentK3     

    "J'ai perdu foi en la justice dominicaine" Et nous en la notre!

Lire la suite des opinions (32)

Votre réponse
Postez un commentaire