Famille recluse à Saint-Nazaire : le père accusé d'incestes

Le père d'une famille retrouvée recluse début janvier à Saint-Nazaire début janvier a été mis en examen mercredi pour "viols et agressions sexuelles" sur ses filles.

M. T. avec AFP
Le 21/02/2013 à 20:00
C'est dans cet immeuble, à Saint-Nazaire, que la famille vivait recluse. (BFMTV)

Saint-Nazaire : une famille vivait recluse dans un appartement


Enquête après la découverte d'une famille recluse à Saint-Nazaire


La stupeur avait été grande, le 5 janvier, quand des pompiers avaient découvert une famille recluse depuis plus d'un an dans un appartement en proie au délabrement et à la moisissure, dans le centre-ville de Saint-Nazaire. L'histoire ne s'arrêtait malheureusement pas là.

Déjà soupçonné d'avoir maintenu son épouse et quatre de leurs enfants dans cet état de claustration, le père de famille a été mis en examen mercredi pour "viols et agressions sexuelles" sur plusieurs de ses filles, a indiqué jeudi le parquet de Nantes.

Trois des quatre filles concernées

"Une deuxième enquête a été ouverte à la suite de révélations", a indiqué le parquet, confirmant des informations du quotidien Presse Océan. Le 11 janvier, l'homme avait déjà été mis en examen pour "privation de soins et d'aliments par ascendants sur mineurs" et "abandon matériel et moral de mineur".

>> A lire aussi - Reclus de Saint-Nazaire : "Ils n'ouvraient jamais à personne"

Sur les cinq enfants du couple, quatre sont des filles et trois d'entre elles auraient été victimes de ces faits.

La mère n'est "pour l'instant" pas concernée par la nouvelle procédure pour viols. Laissée libre, elle a néanmoins été mise en examen pour "privation de soins et d'aliments par ascendant sur mineurs" et "abandon matériel et moral de mineur".

Déjà condamnés en 2008

Le couple avait déjà été condamné par défaut, en 2008, à 6 mois de prison ferme pour n'avoir pas respecté les injonctions d'éducateurs dans le cadre du suivi éducatif dont ils faisaient l'objet pour leurs deux plus jeunes enfants, atteints de handicaps lourds.

C'est à partir de cette condamnation que la famille avait commencé son repli, qui était devenue une claustration totale dans un appartement en permanence calfeutré, saturé d'humidité et de moisissures.

Les voisins avaient fini par penser que la mère et ses enfants, qu'ils n'avaient plus vus depuis au moins un an, avaient quitté le domicile, alors qu'ils vivaient enfermés, silencieux, de l'autre côté de la cloison. Leur découverte par les pompiers, le 5 janvier dernier, avait relevé du hasard.

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?