En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'historien François Durpaire, spécialiste des Etats-Unis, vendredi.
 

La journée commémorative de l'esclavage, vendredi, a posé la question des réparations. Aux États-Unis, des plaintes avaient été déposées en 2002 contre des entreprises au passé trouble. Mais pas tant pour les condamner que pour les faire réfléchir.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Perceval Le Gallois
    Perceval Le Gallois     

    Et pourtant, le 27 avril, date anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France (27 avril 1848) était la date idéale qui aurait permis de célébrer cette « Journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions » dans un climat d’unanimisme national. Jacques Chirac a préféré une date clivante.

    Tout cela n’est cependant qu’un début car les groupes de pression constituant le noyau électoral de François Hollande, modernes Minotaures à l’insatiable appétit, réclament maintenant des « réparations » sonnantes et trébuchantes. Comme les caisses de l’Etat sont vides, notre « pauvre » président ne va donc pouvoir nourrir ses électeurs que de paroles. Il faudra donc qu’elles soient roboratives. C’est pourquoi nous pouvons nous attendre à de nouvelles rafales de déclarations et de mesures symboliques de repentance.

    Voilà comment le totalitarisme se met en place et comment, lentement mais sûrement, nos « élites » gouvernantes, totalement coupées du « pays réel » se préparent des lendemains difficiles. Notamment parce que Madame Taubira dont les condamnations sont sélectives, ignore probablement, et les Romains l’avaient appris à leurs dépens, que chez les Gaulois « la patience dont on abuse se change en fureur ».

  • Perceval Le Gallois
    Perceval Le Gallois     

    Le 10 mai, avec la « Journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions », c’est encore un anniversaire de culpabilisation à sens unique qui est célébré. Sous la présidence de Jacques Chirac les députés votèrent à l’unanimité, (donc tous les élus de « droite »), et en première lecture, la loi dite « Taubira ». Définitivement adoptée le 10 mai 2001, cette loi qualifie de « crime contre l’humanité » la seule traite esclavagiste européenne. Christiane Taubira a insolitement précisé que sa loi passe sous silence la traite arabo-musulmane[1] afin que les « jeunes Arabes (…) ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » (L’Express du 4 mai 2006).

  • schadwinkel suzanne
    schadwinkel suzanne     

    Faut aussi porter plainte,les Alsaciens!!!La France vous a abandonnés aux Allemands par deux fois!!!!!!!Les malgrés-nous,n'ont jamais été reconnus,et la France ne s'est jamais excusée du traumatisme subit!!Journalistes,jamais on ne vous entend parler de ce problème.Exclavagistes du STO.c'était la faute à l'autre!!!

  • Michael Glondu
    Michael Glondu     

    Face à «l’impossible réparation» des traites négrières et de l’esclavage, François Hollande a prôné ce jour «la paix des mémoires réconciliées» lors d’une cérémonie de commémoration au Jardin du Luxembourg. «Le seul choix possible, le plus digne, le plus grand, c’est la mémoire, la vigilance et la transmission», a déclaré le chef de l’Etat français adressant ainsi une nouvelle fin de non recevoir aux revendications de réparations matérielles portée par quelques voix associatives. Il reste ainsi fidèle à la ligne déjà explicitée lors de son voyage au Sénégal en octobre dernier et de son hommage aux victimes de la traite transatlantique sur l’île de Gorée.

    «Notre responsabilité est de donner un avenir à cette mémoire», a affirmé le président socialiste. Un avenir lequel ? Un avenir de dupes quand on sait que Par exemple, Haïti a acquis son indépendance en 1804 contre les troupes de Napoléon Bonaparte, mais que la France terre des droits de l’homme et de tout ce qu’on veut…a alors exigé un tribut financier pour indemniser ses colons. Haïti a payé de 1825 à… 1946 «des sommes équivalentes à 21 milliards de dollars» d’aujourd’hui. Sans commentaire mais comment taire ? http://www.bondamanjak.com/apres-le-role-positif-de-la-colonisation-de-sarkozy-hollande-invente-la-memoire-anesthesiee/

  • Max 85
    Max 85     

    Alors ,nous allons porter plainte 1) contre les africains qui ont mangé les blancs au siècle dernier ...2) contre les musulmans qui ont réduit en esclavage nombre d'européens jusqu'en 1830...3) contre les vietnamiens qui ont assassinés + de 8 000 prisonniers en trois mois en Indochine en 1954....faut il continuer ????

  • jojobo
    jojobo     

    De la vengeance ben on dit que c'est un plat qui se mange froid , mais là il est bien rance en plus!! Non c'est juste de l'opportunisme de profiteurs sachant bien manipuler l'affect des droisde l'hommistes, et qui rigipolent bien dans leur dos.....

  • jojobo
    jojobo     

    Allez encore un peu d'huile...... la mayonnaise peut encore monter. Honte a vous journalistes pour ce type d'information creuse qui n'apporte rien et juste pour faire votre milice politique.......Pendant ce temps moscovici fabius & Co hollande, bartolone peuvent dormir sur leur patrimoine, la milice politique a écarte le danger......

Votre réponse
Postez un commentaire