En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
People are swiming on the beach of Nice, on June 27, 2011. AFP PHOTO / SEBASTIEN NOGIER
SEBASTIEN NOGIER / AFP
 

Suivant l'exemple de Cannes, la commune de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes, a interdit par arrêté municipal la baignade en burkini. Une décision actée le 5 août et prise par Lionnel Luca, le maire Les Républicains de la ville.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

27 opinions
  • Periscope
    Periscope     

    Il y a des pays où c est la mode, qu'elles aillent donc là-bas passer leurs vacances et y élire domicile au lieu de rester dans un pays que ces personnes ne respectent pas.

  • Deloni
    Deloni     

    Champion BFM!!! 330 commentaires censurés!!! Médaille d'or!!!

  • carlier
    carlier     

    Très bien et que cela se fasse partout

  • Lennoyl
    Lennoyl     

    Pas possible d'ecrire un commentaire correctement sur ce site...la page se rafraîchit et on perd tout.

    sclp
    sclp      (réponse à Lennoyl)

    C'est prévu !

  • Cocoy33
    Cocoy33     

    Et dire que les soixantehuitars militaient pour la libération des mœurs ,l'émancipation des femmes,la liberté sexuelle,l'ivg..........et que leurs descendants militent à l'inverse,

  • MANIGAUD
    MANIGAUD     

    C'est normal la FRANCE est un pays avec des lois il faut les respecter si les porteuses de Burkini ne sont pas contantes elles retournent chez elles et nous foutent la paix

    Google-115418654341729178722
    Google-115418654341729178722      (réponse à MANIGAUD)

    Au dela de ces arrêtés anti-burkini existait-il des LOIS à ce sujet ? Demain empêchons les surfeur de porter des combinaisons...

  • La comtesse
    La comtesse     

    Le tribunal administratif a débouté les plaignantes et reconnu de facto la validité de l' arrêté municipal !

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Appel a été interjeté auprès du Conseil d' Etat, jugement en Décembre.....brrrr.... elles auront alors plus chaud en se baignant vêtues !!!

  • La comtesse
    La comtesse     

    Le harcèlement des femmes non voilées devient quotidien en Tunisie, depuis la chute du régime modéré de Ben Ali. Les islamistes ont presque imposé leur modèle de société à tout le pays, et ils veulent l’étendre à la France.

    La semaine dernière, une dizaine de jeunes femmes non voilées ont été abordée dans les stations balnéaires de Hammamet et de Nabeul à cause de leur bikini, alors que ces deux villes touristiques accueillent les vagues d’estivants qui déferlent depuis tout le pays.

    La police tunisienne fait actuellement une vaste compagne sur le terrain qui vise uniquement les femmes musulmanes non voilées sur les plages, ainsi que les robes décolletées.

    Depuis les premières heures de la matinée, des unités mobiles de la police traquent les femmes non voilées sur les plages bondées de Nabeul, qui sont fréquentées majoritairement par les hommes venus de l’intérieur du pays.

    Sous un ciel d’un bleu profond et d’une mer d’huile, la brigade des mœurs veille à ce que toutes les femmes respectent la tenue de plage censée préserver la fameuse horma, ou « vertu ». Il s’agit du burkini, qui se compose d’un long fuseau, d’une liquette à manches longues et d’un foulard pour cacher les cheveux. Ici les femmes portent presque exclusivement le hidjab, le voile islamique.

    « Vous pouvez installer votre famille en toute quiétude ici. Il n’y a pas de nudité chez nous », affirme avec certitude Monther, à qui nous demandions si des femmes à moitié nues ne risquaient pas de choquer nos yeux pudiques. Monther tient une boutique de maillots de bain à Nabeul. Il vend essentiellement des bermudas et des « burkinis » importés de Turquie et du Pakistan.

    C’est une mutation en douceur qui se fait dans les stations balnéaires aux plages de sable fin de la Tunisie.

    Peu à peu, les plages adoptent les normes islamistes qui gagnent la société. Les bords de mer sont à l’image d’une société de plus en plus inspirée par un islamisme social et militant.

    Comme en Iran, certaines municipalités tunisiennes ont même constitué des comités pour le commandement de la vertu et la répression du vice.

    C’est le cas par exemple de la municipalité de Tazarka (préfecture de Nabeul). Leur rôle est de lutter contre la « dissolution et le relâchement des mœurs », en avertissant la population par des panneaux fixés un peu partout, et des écriteaux à connotation religieuse, de s’écarter du péché « le haram » : du jamais vu en Tunisie !
    L'ordre brun règne et les fantômes sont de retour !

  • La comtesse
    La comtesse     

    Le harcèlement des femmes non voilées devient quotidien en Tunisie, depuis la chute du régime modéré de Ben Ali. Les islamistes ont presque imposé leur modèle de société à tout le pays, et ils veulent l’étendre à la France.

    La semaine dernière, une dizaine de jeunes femmes non voilées ont été abordée dans les stations balnéaires de Hammamet et de Nabeul à cause de leur bikini, alors que ces deux villes touristiques accueillent les vagues d’estivants qui déferlent depuis tout le pays.

    La police tunisienne fait actuellement une vaste compagne sur le terrain qui vise uniquement les femmes musulmanes non voilées sur les plages, ainsi que les robes décolletées.

    Depuis les premières heures de la matinée, des unités mobiles de la police traquent les femmes non voilées sur les plages bondées de Nabeul, qui sont fréquentées majoritairement par les hommes venus de l’intérieur du pays.

    Sous un ciel d’un bleu profond et d’une mer d’huile, la brigade des mœurs veille à ce que toutes les femmes respectent la tenue de plage censée préserver la fameuse horma, ou « vertu ». Il s’agit du burkini, qui se compose d’un long fuseau, d’une liquette à manches longues et d’un foulard pour cacher les cheveux. Ici les femmes portent presque exclusivement le hidjab, le voile islamique.

    « Vous pouvez installer votre famille en toute quiétude ici. Il n’y a pas de nudité chez nous », affirme avec certitude Monther, à qui nous demandions si des femmes à moitié nues ne risquaient pas de choquer nos yeux pudiques. Monther tient une boutique de maillots de bain à Nabeul. Il vend essentiellement des bermudas et des « burkinis » importés de Turquie et du Pakistan.

    C’est une mutation en douceur qui se fait dans les stations balnéaires aux plages de sable fin de la Tunisie.

    Peu à peu, les plages adoptent les normes islamistes qui gagnent la société. Les bords de mer sont à l’image d’une société de plus en plus inspirée par un islamisme social et militant.

    Comme en Iran, certaines municipalités tunisiennes ont même constitué des comités pour le commandement de la vertu et la répression du vice.

    C’est le cas par exemple de la municipalité de Tazarka (préfecture de Nabeul). Leur rôle est de lutter contre la « dissolution et le relâchement des mœurs », en avertissant la population par des panneaux fixés un peu partout, et des écriteaux à connotation religieuse, de s’écarter du péché « le haram » : du jamais vu en Tunisie !
    L'ordre brun règne et les fantômes sont de retour !

  • La comtesse
    La comtesse     

    Le harcèlement des femmes non voilées devient quotidien en Tunisie, depuis la chute du régime modéré de Ben Ali. Les islamistes ont presque imposé leur modèle de société à tout le pays, et ils veulent l’étendre à la France.

    La semaine dernière, une dizaine de jeunes femmes non voilées ont été abordée dans les stations balnéaires de Hammamet et de Nabeul à cause de leur bikini, alors que ces deux villes touristiques accueillent les vagues d’estivants qui déferlent depuis tout le pays.

    La police tunisienne fait actuellement une vaste compagne sur le terrain qui vise uniquement les femmes musulmanes non voilées sur les plages, ainsi que les robes décolletées.

    Depuis les premières heures de la matinée, des unités mobiles de la police traquent les femmes non voilées sur les plages bondées de Nabeul, qui sont fréquentées majoritairement par les hommes venus de l’intérieur du pays.

    Sous un ciel d’un bleu profond et d’une mer d’huile, la brigade des mœurs veille à ce que toutes les femmes respectent la tenue de plage censée préserver la fameuse horma, ou « vertu ». Il s’agit du burkini, qui se compose d’un long fuseau, d’une liquette à manches longues et d’un foulard pour cacher les cheveux. Ici les femmes portent presque exclusivement le hidjab, le voile islamique.

    « Vous pouvez installer votre famille en toute quiétude ici. Il n’y a pas de nudité chez nous », affirme avec certitude Monther, à qui nous demandions si des femmes à moitié nues ne risquaient pas de choquer nos yeux pudiques. Monther tient une boutique de maillots de bain à Nabeul. Il vend essentiellement des bermudas et des « burkinis » importés de Turquie et du Pakistan.

    C’est une mutation en douceur qui se fait dans les stations balnéaires aux plages de sable fin de la Tunisie.

    Peu à peu, les plages adoptent les normes islamistes qui gagnent la société. Les bords de mer sont à l’image d’une société de plus en plus inspirée par un islamisme social et militant.

    Comme en Iran, certaines municipalités tunisiennes ont même constitué des comités pour le commandement de la vertu et la répression du vice.

    C’est le cas par exemple de la municipalité de Tazarka (préfecture de Nabeul). Leur rôle est de lutter contre la « dissolution et le relâchement des mœurs », en avertissant la population par des panneaux fixés un peu partout, et des écriteaux à connotation religieuse, de s’écarter du péché « le haram » : du jamais vu en Tunisie !
    L'ordre brun règne et les fantômes sont de retour !

Lire la suite des opinions (27)

Votre réponse
Postez un commentaire