En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
François Devaux, le président de l'association Ma Parole libérée.
 

François Devaux, le président de l'association de victimes La Parole libérée a pointé du doigt la justice, ce lundi, à la suite du non-lieu dans l'enquête pour "non-dénonciation" d'agressions sexuelles sur mineurs qui visait le cardinal Barbarin.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire