En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des magistrats à la Cour de cassation en 2014
 

Le ton monte entre Jean-Jacques Urvoas et les magistrats. Le Syndicat de la magistrature n'a pas apprécié que le ministre de la Justice promette de transmettre des statistiques pénales aux policiers. Ils s'estiment trahis.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • vanda100
    vanda100     

    Que faire ? C 'est vrai qu'on a tendance à remettre en liberté des délinquants qui seront jugés plus tard et ne seront pas enfermés du fait de la remise de peine. Engorgement de la Justice et des prisons ? Tout est question de moyens financiers et de structure. Comment cela se passe-t-il ailleurs ? Ne pourrait-on pas privatiser la gestion des prisons par exemple ? Revoir l’organisation de la Justice et les privilèges de statut ? Un vrai audit s’impose....

    Pas d'argent ? Ne peut-on pas réduire le fonctionnement de l'Etat : supprimer le Sénat, ne plus avoir qu'un premier ministre comme au UK, en Allemagne... A quoi sert le Président une fois élu ? A déposer des chrysanthèmes et à décider sans consulter personne de la politique internationale.

  • slater13
    slater13     

    Décidément, la magistrature se croit au dessus de tout. Elle se positionne en intouchable.

  • Milouze74
    Milouze74     

    15000 personnes condamnées pour outrage ou rébellion, d'accord mais condamnées à quoi ? Une petite amende, du sursis, un stage de citoyenneté, un avertissement solennel ? Et si l'on compare au nombre de personnes interpellées pour ces motifs, on comprend rapidement que les deux tiers ne sont jamais condamnées, même à une petite amende.

Votre réponse
Postez un commentaire