En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • vdcdog
    vdcdog     

    Ma grand-mère est décédée à 94 ans. Elle a décidé que cela suffisait, et n'a plus ouvert la bouche. J'ai pourtant essayé de la faire manger d'abord, j'allais à l'hôpital trois fois par jour, personne ne m'a dit que je pouvais rester dormir à ses côtés... j'ai rencontré une espèce de blouse blanche, je lui ai dit sa volonté d'en finir, il m'a presque rigolé au nez, "la souffrance étant inhérente à notre condition humaine". Je l'ai collé au mur, cet abruti, il rigolait moins. Bref, ma grand-mère est morte seule à 5 heures du matin, en 2006, alors que j'aurais pu l'avoir chez moi (mais une fois à l'hôpital, vous n'en ressortez pas vivant) ou à ses côtés si quelqu'un vous disait que vous pouvez le faire.
    Lorsque j'ai perdu mon mari en décembre, lui a clamé sa volonté d'euthanasie (cancer en phase terminale -atteinte du cerveau) - je me suis battue pour tout, pour le garder à la maison, pour que l'on respecte son désir (alors que je savais en réclamant cela que je perdrais MON HOMME pour toujours), pour que l'on respecte sa dignité d'homme... et c'est moi qu'ils ont voulu interner!
    Je témoigne de ce monde qui n'a AUCUNE CONSIDERATION pour la personne humaine, je témoigne d'un combat d'une violence rare qui consiste à faire accepter la mort à des médecins qui en ont peur, qui dénie à ceux qui meurt le droit de faire leur dernier salut dans une humanité entourée de "spiritualité" - pas de religion - Nous sommes mortels, c'est notre condition, et nous devons avoir le choix de notre fin de vie. Nous devons pouvoir compter sur un personnel formé, impliqué, empathique, qui comprenne que certains d'entre nous ont accepté l'idée de mourir, et qui souhaitons ne pas traîner - car de mon vivant, en conscience, c'est ce que je souhaite - une fois que l'on m'a morphinisée, je deviens un légume, et donc, ils font ce qu'ils veulent de nous. Moi, j'ai rempli mes directives anticipées mais à chaque réunion, les médecins disent qu'ils ne sentent pas obligés de respecter ma volonté. Il faut donc se suicider en France pour avoir le droit de mourir comme on le souhaite? il faut louer une chambre, se mettre la tête dans un sac, et attendre la mort? il faut qu'une mère mette à mort son fils? il faut que des médecins aillent en prison comme des criminels? NON, il faut une loi qui dise : oui pour ceux qui sont pour l'euthanasie, oui pour le suicide assisté car moi, en conscience, c'est ma volonté!
    Les autres, ils mourront comme ils veulent, on s'en tape!

  • jojobbb
    jojobbb     

    Ma mère est décédée à 82 ans, elle ne voyait jamais le médecin, cet empoisonneur, comme elle disait, elle se soignait par les plantes, il est vrai qu'elle n'avait pas de cancer, elle avait toute sa tête, elle marchait encore assez bien, les derniers temps, elle était fatiguée, elle est partie naturellement ... Mon père accroc au médecin et aux médicaments, a aujourd'hui 93 ans, MAIS il est dans un fauteuil roulant depuis 2 ans, il est atteint de dégénerescence sénile, je mets en cause la surmédication qui tue le cerveau à très petit feu, tout est étudié dans ce but, il dort une grande partie de la journée, en un mot il n'a plus de vie ... Il est en maison de retraite où je soupçonne que l'on teste des médicaments sur lui ................................ Mon choix est fait : comme ma mère ( et mes ancêtres avant ) !

  • Monique33
    Monique33     

    Vous savez bien que la France est avare de référendum, que ce qui est fait par la suite ne reflète pas obligatoirement le résultat.

  • Massac
    Massac     

    Là il ne s'agit pas d'une minorité, tous les citoyens sont concernés par la mort, donc il est impératif de leur demander leur avis par un Référendum.

  • Monique33
    Monique33     

    Le professeur Sicard ne mâche pas les mots! Ses dires me choquent."la société est devenue en trente ans intolérante à l'agonie, avec le sentiment que celle-ci ne doit pas trop durer, que les mourants ne doivent pas embarrasser trop longtemps les vivants." Le chemin est étroit, entre "cette révolte des vivants" et le temps de l'agonie qui, selon le professeur Sicard, "reste nécessaire à la mort sociale d'un être humain". "

  • Monique33
    Monique33     

    Je pensais en écrivant au délai pour se préoccuper du sujet abordé à l'assemblée nationale en décembre 2013. Pour le mariage pour tous, c'était probablement très urgent, pour statuer dès le début du quinquennat...et touchant qu'une minorité.

  • Massac
    Massac     

    Logique que cela soit plus long, là il s'agit d'une fin de vie, de la mort, et pas d'un mariage qui en principe est la fête.

  • Monique33
    Monique33     

    D'une loi sur la fin de vie avant l'été, j'avais entendu de Marisol Touraine, on passe à "une mission temporaire auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé" avec des propositions qui devraient être rendues "avant décembre". C'est beaucoup plus long que pour le mariage pour tous! En attendant, il y en a qui vivent des pires moments.....

  • timinet
    timinet     

    "dans un contexte où le président de la République et le Premier ministre souhaitent que les sujets de société fassent l'objet d'un consensus"!!!! Alors pourquoi ne pas avoir cherché un consensus sur le mariage pour tous? Ah! J'y suis! C'était la faute à J.M. Ayrault... ou peut-être C. Taubira!

Votre réponse
Postez un commentaire