BPI : Royal répond aux critiques de Parisot

La présidente de la Région Poitou-Charentes était interrogée par BFMTV depuis Dijon où elle participait à son premier conseil d'administration de la Banque publique d'investissement.

M. T.
Le 21/02/2013 à 18:16
Mis à jour le 21/02/2013 à 20:20

C'est une Ségolène Royal très enthousiaste qui a défendu, jeudi soir sur BFMTV, la Banque publique d'investissement (BPI) dont elle est la nouvelle vice-présidente. "C'est une nouvelle énergie pour l'ensemble de nos entreprises. Les entrepreneurs doivent savoir qu'ils ont désormais un outil financier à leur disposition."

A lire aussi - La BPI sur la voie Royal

"Cette banque aura une priorité : aider les entreprises à changer de taille et à grandir, a-t-elle poursuivi. En Allemagne, cela fonctionne bien. La BPI va non seulement apporter des soutiens financiers, mais aussi moderniser le regard sur le monde économique et l'entreprise."

"Je ne suis pas rémunérée, je suis là pour servir"

Elle a par ailleurs répondu aux critiques de la présidente du Medef sur la BPI, qui jugeait sa nomination "étrange". "Laurence Parisot devrait venir dans ma région pour voir comment les entreprises se sentent épaulées. Elle devrait faire en sorte qu'au sein du Medef, certaines entreprises baissent leur train de vie et certains patrons leurs salaires provoquants. La réussite économique, elle n'est ni de droite ni de gauche."

Elle a enfin répété qu'elle n'avait pas été désignée par ses "copains" du gouvernement, comme le laissait entendre la droite, mais "par l'ensemble des 26 régions. Je ne suis pas rémunérée, je suis là pour servir."

Son objectif désormais ? "Rester vigilante pour que la BPI reste une banque publique."

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?