Primaires PS Marseille: la Haute autorité évoque une "transgression"

Le président de la Haute autorité des primaires socialistes, Jean-Pierre Mignard, concède une "transgression générale du règlement de la primaire", mais pas de faute grave, ni d'urnes bourrées.

S. C. avec AFP
Le 14/10/2013 à 21:17
Mis à jour le 14/10/2013 à 21:26
Marie-Arlette Carlotti, Samia Ghali, Henri Jibrayel, Patrick Menucci, Eugène Caselli et Christophe Massé sont les six candidats socialistes à la primaire de Marseille. (AFP)

Marie-Arlette Carlotti avait dénoncé dès dimanche "le fonctionnement à plein du clientélisme" lors de la primaire socialiste en vue des municipales à Marseille... Lundi, le président de la Haute autorité des primaires PS, Jean-Pierre Mignard, a concédé une "transgression générale du règlement de la primaire", mais pas de faute grave, ni d'urnes bourrées.

A l'origine du litige, des "échanges d'argent" ainsi que des minibus affrétés par Samia Ghali pour conduire des votants dans certains bureaux des 15e et 16e arrondissements de la cité phocéenne et critiqués par la ministre déléguée aux personnes handicapées -et candidate éconduite à Marseille- Marie-Arlette Carlotti.

Pas de bourrage des urnes

"Je considère qu’en effet il n’y a rien eu de choquant dans ce scrutin, si ce n’est la découverte de cette liste d’électeurs du 15e arrondissement où il y avait 5.000 fausses dates de naissances accolées à des noms", a estimé lundi Jean-Pierre Mignard sur le site de Public Sénat.

Le président de la Haute autorité des primaires PS a toutefois reconnu "divers types d'irrégularités" dans ce scrutin. "Par exemple, les candidats ne devaient pas s'exprimer dans la journée. Beaucoup, hormis Eugène Caselli, se sont exprimés. Tous sont entrés en non-conformité à ce moment-là avec le règlement des primaires", a précisé l'avocat socialiste, renvoyant les six candidats socialistes à Marseille, à l'exception de Caselli, dos-à-dos.

"Il y a eu transgression générale d'un règlement de la primaire et des élections républicaines d'ailleurs", a-t-il ajouté. Mais, a-t-il souligné, "de manière générale, dans la société, s'il fallait relever toutes les fautes illicites, on n'en sortirait pas. Les fautes les plus importantes sont celles de nature à porter atteinte au droit des électeurs. C'est le critère le plus grave".

"Nous n'avons été saisis d'aucune fraude ou requête. Les urnes n'ont pas été bourrées", a encore assuré Me Mignard. Vainqueurs du premier tour de la primaire socialiste à Marseille, Samia Ghali et Patrick Mennucci s'affronteront lors du second tour dimanche 20 octobre. D'ici-là, Mari-Arlette Carlotti a assuré qu'elle déposerait "un dossier" sur les comptes de campagne des candidats.

 

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Avez-vous fait de bonnes affaires pendant les soldes?