Les identitaires réunis à Orange pour célébrer leurs dix ans

Bloc identitaire ou Génération identitaire, le groupuscule d'extrême droite s'était fait remarqué par l'occupation du chantier d'une mosquée à Poitiers.

David Namias avec AFP
Le 03/11/2012 à 13:57
Mis à jour le 03/11/2012 à 16:50

Poitiers : une mosquée occupée par un groupuscule d'extrême droite


Génération identitaire : parti d’extrême spécialiste de l'activisme sur Internet


Quelques centaines de personnes étaient réunies samedi à Orange (Vaucluse) à l'ouverture d'une convention du Bloc identitaire (BI, extrême droite), qui célèbre ses dix ans, deux semaines après l'occupation du chantier de la mosquée de Poitiers.

>> A lire, Bloc Identitaire : "Pas de place pour deux partis à l'extrême droite"

L'ex député UMP Christian Vanneste attendu

Au Palais des princes d'Orange, la Convention a commencé avec la présentation d'une campagne intitulée "Hollande n'est pas mon président", montrant une vidéo du président de la République en campagne dans les banlieues, entouré d'électeurs d'origine immigrée. Les travaux se poursuivaient avec une table ronde sur "l'union des droites". L'ancien député de l'UMP Christian Vanneste, qui devait y participer, a repoussé sa venue à plus tard samedi. Quant au maire d'Orange et député d'extrême droite Jacques Bompard, annoncé au programme, il a préféré envoyer un représentant. Les identitaires ont annoncé 800 inscrits pour cette convention qui doit se dérouler samedi et dimanche.

Marine Le Pen en soutien

Il y a deux semaines, ils avaient réussi un coup d'éclat médiatique avec l'occupation du chantier de la mosquée de Poitiers par environ 70 militants. L'initiative avait été condamnée par l'ensemble de la classe politique, à l'exception du Front national. La présidente du FN Marine Le Pen s'était déclarée "atterrée" par les "réactions d'hystérie de la classe politique". Elle avait jugé "disproportionnées" les demandes de dissolution de Génération identitaire, le mouvement de jeunesse du BI à l'origine de l'occupation. Maître Gilbert Collard, proche de Marine Le Pen, avait regretté ne pouvoir défendre les personnes inculpées à la suite de l'occupation de la mosquée de Poitiers.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

La France doit-elle livrer le 2e bateau Mistral à la Russie en 2015?