L'astéroïde 2012 DA 14 a frôlé la Terre sans dégâts

Pesant environ 135.000 tonnes et mesurant près de 45 mètres, l'astéroïde est passé à 27.000 kilomètres de la Terre, vers 20h25.

T.B.
Le 15/02/2013 à 17:36
Mis à jour le 15/02/2013 à 22:04
 (Dave Herald / ESA / AFP)

Surveillé de près par l'agence spatiale américaine, un astéroïde de 45 mètres de diamètre a frôlé la Terre vendredi sans faire de dégâts, contrairement à une météorite tombée le même jour en Russie qui a explosé et blessé un millier de personnes.

Pesant environ 135.000 tonnes et baptisée 2012 DA 14, l'astéroïde - qui est un corps du système solaire composé de roche, de métaux et de glace - est passé à 27.000 kilomètres de la Terre vers 20h25 heure française, a indiqué l'agence spatiale américaine (Nasa).

Des images prises par un téléscope en Australie et diffusées par la Nasa ont montré une minuscule trace blanche se déplaçant dans un ciel noir.

Il s'agissait du plus gros astéroïde passant aussi près de la Terre jamais détecté par les scientifiques, selon la Nasa.

2012 DA 14 aurait pu anéantir une ville

Si l'astéroïde avait touché la Terre, elle aurait pu anéantir une grande agglomération.

Pour autant, son passage près de la Terre, à une distance inférieure à celle de certains satellites, n'est pas lié à la chute de morceaux de météorite en Russie.

>> L'astéroïde 2012 DA 14 et les météorites ne sont pas liés

Selon Samuel Kounaves, professeur au laboratoire de physique appliquée de l'université Johns Hopkins (Maryland, est), "il n'y a pas de connexion" entre les deux événements.

Les météorites, qui sont des morceaux d'astéroïdes, "tombent sur la Terre en permanence", a rappelé Samuel Kounaves, interrogé en marge de la conférence annuelle de l'American Society for the Advancement of Science (AAAS), réunie à Boston (Massachusetts, nord-est) du 14 au 18 février.

Une météorite a explosé vendredi au-dessus de la métropole russe de Tcheliabinsk, projetant des éclairs incandescents dans le ciel et blessant près d'un millier de personnes, un événement rarissime qui a semé la panique dans cette région de l'Oural.

La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?