En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un Philippin évalue les émissions d CO2 d'une voiture à Manille.
 

Réduire fortement les émissions mondiales de gaz à effet de serre "n'affectera pas significativement la croissance", affirment les experts sur le climat dimanche dans un rapport publié à Copenhague.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • Mouli-mouli
    Mouli-mouli     

    "Niveau le plus élevée depuis 800.000 ans"
    aurait-on découvert des relevés météo préhistoriques ?

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Mouli-mouli)

    Les carottes glaciaires

    Extraites par les glaciologues, les carottes glaciaires permettent aux paléoclimatologues de remonter le temps, de connaître l'évolution du climat ou encore la composition de l'atmosphère !

    CNRS/Laurent Augustin

    Cette carotte glaciaire, sur sa tige de forage,

    est issue des collectes d'échantillons extraits du Dôme C.

    Au Groenland et en Antarctique, les forages ne visent pas à extraire l'or noir mais l'or blanc . Mais pourquoi les scientifiques creusent-ils la glace ? La réponse est simple : pour remonter dans le temps. Ainsi, en 1998 à Vostok, station basée en Antarctique, une carotte de plus de trois kilomètres de long est extraite, qui retrace l'histoire des 420 000 dernières années, années et, en 2004, le projet Epica a permis de remonter jusqu'à 740 000 ans en arrière (carotte du Dôme C). La datation des carottes est fondée sur des méthodes complémentaires : le comptage des couches annuelles (distinctes car le taux de poussières emprisonnées dans la glace est plus élevé en été), la datation glaciologique (technique de modélisation de l'histoire de l'accumulation des couches dans la calotte glaciaire) et la comparaison avec d'autres enregistrements climatiques , tels que la variation de l'insolation (obtenue grâce à l'enregistrement dans les glaces de la modification de l'orbite terrestre).

    CNRS/Jean Duprat/Cécile Engrand

    Tente de forage Epica à Dôme Concordia en Antarctique.

    Évolution climatique

    Mais comment déterminer les variations climatiques au cours du temps ? Les paléoclimatologues mesurent pour cela la teneur en deutérium de la glace. Le rapport entre deutérium et hydrogène varie en effet de façon linéaire en fonction de la température dans les précipitations : plus le climat est froid, plus les précipitations (et donc la glace) sont riches en isotopes lourds. Grâce à ces mesures, les scientifiques ont déterminé que huit cycles climatiques se sont succédés durant les 740 000 dernières années. Mais l'information majeure délivrée par la carotte du Dôme C réside dans la découverte d'une période interglaciaire de 28 000 ans, qui a débuté il y a 420 000 ans. Cette période s'est déroulée alors que la Terre connaissait un axe et une orbite par rapport au soleil similaires à ceux d'aujourd'hui. Il semblerait donc que la période interglaciaire actuelle puisse s'étendre bien au-delà des 10 000 ans initialement prévus !

    Composition de l'atmosphère

    Les carottes glaciaires apportent également de précieux renseignements sur la composition de l'atmosphère et en particulier sur sa teneur en gaz à effet de serre (essentiellement le dioxyde de carbone et le méthane). Perméable à l'air lors de son dépôt, la neige, en se tassant progressivement sous son poids, enferme l'air sous forme de bulles dans la glace. En analysant ces bulles d'air, les scientifiques peuvent connaître la teneur de l'atmosphère en CO2 et en méthane à une date donnée. Ils ont ainsi établi une très forte corrélation entre ces teneurs et l'évolution du climat. Les périodes glaciaires sont caractérisées par des teneurs en CO2 et en méthane plutôt basses, alors que les périodes interglaciaires connaissent des teneurs élevées. Plus important encore, les analyses des carottes montrent que les teneurs en gaz à effet de serre ont augmenté à partir du XVIIIe siècle pour atteindre aujourd'hui des niveaux jamais égalés : de 27 % supérieur à la teneur la plus élevée des derniers 650 000 ans pour le CO2. Les teneurs actuelles ne sont donc pas imputables aux variations naturelles enregistrées depuis des milliers d'années mais bien aux activités humaines. Connaître l'impact d'une telle augmentation est aujourd'hui primordial pour notre planète.

  • Mouli-mouli
    Mouli-mouli     

    encore une idée pour augmenter les factures de gasoil et d'électricité

  • Tit200
    Tit200     

    Pensez-vous qu'il faut exploiter la planète sans conscience de son équilibre? Pensez-vous que la destruction de notre entourage n'engendre pas la destruction de l'humanité? Pensez-vous que détruire votre maison vous permettra d'y vivre longtemps? Pensez-vous que l'homme est la seule espèce vivante sur terre et qu'il n'y a aucune connexion entre l'homme et les autres espèces? Si vous répondez oui à tout ça, je crois que vous serez surpris dans quelques temps, pas forcément vous personnellement mais ceux qui vous lieront. Quoi qu'on en dise, nous ne pouvons vivre selon le mode de vie du 20ième siècle, sans considération de ce qui nous entoure, sans être touché de notre impact sur les autre espèces, destruction des forêts, exploitation pétrolières en arctique, océans vidées,...L'écologie n'est pas de gauche ou de droite, elle est républicaine : elle est chose publique et surtout elle n'est pas chose de l'homme. Elle peut être la croissance de ce nouveau millénaire. Alors pourquoi ne pas saisir cette chance? Car vous pensez que le libéralisme n'est que celui du 19ième siècle? Non, le libéralisme, c'est saisir la chance de la transformation au bon moment.

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Tit200)

    Le problème c'est que même sur ce genre de sujets y'a encore des tordus ou sceptiques paranoïaques, complotistes qui pensent que tout ce qui est dit sur ce thème est fait pour leur nuire, les induire dans je ne sais quoi et je ne sais pour quel but sombre et douteux d'après eux.
    On leur indique simplement qu'à grande échelle l'atmosphère de la Terre se détériore mais allez savoir pourquoi ça a l'air de remettre en cause leur vision d'une planète inépuisable ou incapable de finir comme Mars ou Vénus.

  • Stef80
    Stef80     

    Le GIEC n'est qu'une mascarade, une fumisterie composée de pseudo scientifique dont aucun n'est expert en climatologie. Même si plus de 100 pays le composent, ce sont les politiciens qui orientent ses décisions et ses dirigeants écologiste extrémistes qui arrangent chaque rapport dans leurs sens ... Au jour d'aujourd'hui, rien ne prouve que l’augmentation du CO² dans l’air soit directement lié à l’activité humaine, la densité de ce gaz était d’ailleurs bien plus élevée au temps des dinosaures … Quant au réchauffement climatique, depuis 2000 la température moyenne du globe ne monte plus, elle aurait même tendance à baisser …. Je constate que BFM TV, comme le commun des mortels, se laisse prendre au piège des fausses informations du GIEC et les relais ! Pourquoi ne pas faire un débat avec de VRAIS scientifiques experts afin de comprendre ce qu’il se passe réellement et ne pas sombrer dans le catastrophisme des dirigeants de ce « Groupe d’experts intergouvernemental », le GIEC. Je propose Claude Allègre et Christian Gerondeau qui seront expliquer comment a été créé le GIEC, comment il fonctionne et est financé et comment il publie des rapports (il y en a 5) totalement faux et destiné à tromper le terre entière.

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Stef80)

    Claude Allègre, le Dieudonné de la climatologie, le gars qui confond tout mais ne dit pas que des inepties et qui agglutine vers lui des niaiseux qui eux confondent encore plus ce que lui dit et ressortent ses propos en les déformant.

    lesemian
    lesemian      (réponse à Stef80)

    Stef80,Je suis mort de rire à vous lire j'adore votre humour!
    En effet vous exigez, entre autre perles, de" VRAIS scientifiques experts" en climatologie et vous proposez....Claude Allègre ( Docteur en dégraissage de Mammouth) et Christian Gerondeau ( Ingénieur en ponts et en Chaussées)
    Pourtant, la "fumisterie", terme que vous utilisez pour parler du GIEC, en compte justement plusieurs centaines....

    Dan24
    Dan24      (réponse à Stef80)

    L'élaboration à tout prix d'un consensus scientifique sous le prétexte de pouvoir peser sur les décideurs n'est pas acceptable.

    Le Giec, Groupement intergouvernemental d'étude du climat, est un organisme de l'ONU (Organisation des Nations Unies). Sa vocation est de faire le point sur les questions climatiques et d'en tirer des recommandations pour les Etats et la communauté internationale.
    Il réalise un rapport tous les cinq ans qui se compose d'un volumineux ouvrage scientifique où collaborent des centaines de scientifiques mais que personne ne lit. Il publie en même temps un résumé d'une centaine de pages qui est cette fois rédigé par une quarantaine de personnes et qui est en général fortement biaisé en faveur des thèses les plus alarmistes. Enfin, un troisième document de recommandations qui ne dépasse pas cinquante pages est censé résumer les actions à entreprendre.
    C'est sur la foi de ces rapports qu'ont été organisées les conférences de Kyoto puis de Copenhague. La thèse développée est que le climat se réchauffe et que la cause en est les dégagements de CO2 due à l'activité humaine. Cette conclusion est présentée sans tenir compte des énormes incertitudes qui pèsent sur cette interprétation et ses conséquences.
    Cette thèse est aujourd'hui contestée par des scientifiques de plus en plus nombreux. Récemment on s'est aperçu que les observations n'étaient pas en accord avec les models théoriques contrairement aux affirmations du Giec.
    L'objectivité et la qualité des rapports du Giec est désormais mise en cause. De nombreux scientifiques pensent de plus en plus que le facteur essentiel des variations climatiques reste le soleil. S'ils ont raison, il faut s'attendre à un refroidissement dans les vingt ans a venir et pas à un réchauffement.
    De fil en aiguille on découvre que le Giec a constitué un groupe de pression ayant des pratiques totalitaires imposant une vérité officielle contrôlant les revues scientifiques, empêchant l'expression des opinions contradictoires et mettant donc à bas le mécanisme essentiel de la science qui est le libre débat d'idées. Des soupçons graves pèsent désormais sur cet organisme et ont conduit déjà à des démissions spectaculaire et la mise en place de commissions d'enquêtes en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.
    La question qui est désormais posée est: faut-il dissoudre le Giec?
    L'idée de rassembler des scientifiques de tous pays pour faire le point des connaissances sur tel ou tel aspects d'importance planétaire n'est pas en soi absurde. Mais cette démarche n'est acceptable que si elle ne s'oppose pas au développement de la science en imposant une vérité officielle figée.
    Or, on vient de voir que la tendance était à l'élaboration systématique d'un consensus sous le prétexte de pouvoir ainsi peser sur les décideurs politiques. Cette démarche n'est pas acceptable et ne sera plus jamais acceptée.
    Si elle avait été appliquée à la Tectonique des Plaques elle aurait conclu à la fausseté de cette théorie puisque la quasi-totalité des géoscientistes y étaient opposées dans les années 1970! Il en aurait été de même en biologie pour l'ADN support de l'hérédité dans les années 1955 puisque la majorité des biologistes pensaient que c'étaient les protéines!
    Par ailleurs, la composition du Giec est fortement biaisée en faveur de groupes de pression anglo-américains voyant le Giec comme un moyen de défendre leurs moyens matériels de recherche et une majorité de participants ne sont pas des scientifiques mais des administrateurs de divers pays. Il est clair à mon avis que le Giec tel qu'il est ne peut plus perdurer! Il doit être soit purement et simplement supprimé soit profondément reformé.
    Dans tous les cas si l'on s'achemine vers l'élaboration de mise aux points scientifiques planétaires il est indispensable que l'on respecte trois principes.
    -La compétence scientifique de ceux qui participent a ce travail
    -Le respect et l'expression des opinions minoritaires
    -La composition des comités qui devront désormais pleinement intégrer les scientifiques de Chine, Inde, Russie, Japon, Brésil et pas seulement comme faire valoir.
    L'ONU a dépensé beaucoup, beaucoup d'argent, perdu dans toute cette affaire un peu plus de sa crédibilité et c'est dommage! Mais il est souhaitable avant toute nouvelle action que l'on réfléchisse bien a ce que sous prétexte d'être efficace on n'étouffe pas le progrès scientifique.
    (Claude Allègre)

  • Dan24
    Dan24     

    Le réchauffement de la planète....Tiens au moyen âge, jusqu'au région de Loire nous avions un climat méditerranéen, les cultures était celle du sud de la France..... depuis son existence notre planètes a subit des changements climatique régulier, à une époque les pôles n'avaient même pas de glace..
    ce qui me plait c'est quand des pseudos spécialistes disent les océans on augmenté de 3 voir 10 mm comme je l'ai entendu.....Mais malheureusement pour eux , c'est qu'en raison de l'effet de houle des marées etc avec nos satellite et appareil de mesure on ne peut mesurer à moins de 30 cm.......ce qui est déjà pas mal..... .... tiens les inondations on a jamais vue ça, pourtant quand j'étais gosses combien d’inondation j'ai vue en automne surtout au printemps, combien j'ai vue de violents orages , puis entre 75 et 2000 cela c'était calmer , mais des météorologue disent qu'en moyenne tout les 30 années il y a un léger réchauffement et un refroidissement par la suite............ Je ne pense pas qu'en votant des lois en taxant les français que cela peut changer notre climat............l’homme est bien prétentieux de croire qu'il peut agir sur de telle forces de la nature.....d'autant que les grands (Etats unis , Russie Chine et Inde s'en moquent totalement..... et puis cela fait plus de 50 000 ans que l'homme s'adapte et il continuera à le faire....

    valentin63
    valentin63      (réponse à Dan24)

    je vous rejoins pleinement quand des pseudos scientifiques nous annoncent un cataclysme ces mêmes experts ne sont pas capables de détecter un épisode pluvieux 24h avant, la terre se modifie constamment c'est d'ailleurs une planéte vivante qui effectue des rotations donc il y a des cycles ou nous avons une période glaciaire d'autres un réchauffement et ect... ce n'est pas à nous à dicter les lois de la nature et encore moins à des écolos extrémistes de nous faire admettre LEURS visions,que l'on se base pas sur il y a 50 ans il pleuvait plus ou moins les hivers étaient ceci celà non le recul statistique sur la météo et le déréglement climatique que l'on veut nous faire avaler n'a pas assez de recul pour que l'on puisse en tirer des conclusions ce n'est pas en interdisant la voiture que l'on résoudra un problème somme toute naturelle, ici en Auvergne il y a desmillions d'années il y avait la mer maintenant c'est autre chose et si demain elle devait revenir on s'y adaptera

  • proutprout
    proutprout     

    Le fric s'est emparé de "l'ecologie" ça va faire de la tune pour les requins du bisness ,et nous ben ! on va raquer !!! comme d'hab.

  • Dan24
    Dan24     

    Le loobiisme écolo en marche, le climat a bien changer depuis des millénaires, il y a 2000 ans les pôles étaient moins important, le climat au moyen âge en France était beaucoup plus chaud dans le nord l'agriculture était celle que l'on fait actuellement dans le sud de la France......L’homme est bien imbu de sa personne de croire qu'il peut diriger la nature et le climat.......La météo change les composants change l'homme s'adaptera comme il l'a fait depuis 50 000 ans....
    mais aujourd’hui 'hui la mode et le lobbying écolo veut en faire du commerce.....

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Dan24)

    On en est arrivé à une aliénation de certains individus si avancée qu'on arrive à lire des réactions hallucinantes comme la votre. Entre les lobbies écolos et les lobbies qui font tout pour qu'on ne puisse se passer des énergies fossiles, gaz, pétrole etc je sais pas lequel est le plus dangereux.
    Au début du siècle dernier les lobbies pétroliers ont vainement essayé de masquer le fait que les émanations des pots d'échappement étaient nocifs pour la santé et qu'on on retrouvait des traces (toxiques) jusqu'au Pole Nord.
    A cette époque vous auriez fait un pur agent de désinformation cherchant à faire croire que c'est si bon qu'on pourrait même utiliser ces vapeurs pour alimenter des aériums.

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Dan24)

    Comme vous dites, l'homme a su s'adapter à des conditions qu'il a croisé il y'a 50 000 ans mais que ferons ceux qui ne sont pas préparés à lutter face à des situations qui ne se reproduisent que tous les centaines de milliers d'années, pour ne pas dire millions d'années ?

  • Charlotte
    Charlotte     

    @patrie, nation, france (rien que le pseudo est d'un ridicule absolu...) j'aimerais vous poser deux questions : que sont les khmers verts? et de deux que pensez vous des modifications climatiques que nous subissons actuellement... dues à l'homme ou pas? Maintenant je vous conseillerais une lecture saine "l'Utopie ou la mort" de René Dumont... (un sale khmer vert ...pour une fois lachez Mickey mouse...) bouquin sorti en 1973 il avait prévu ce qu'il nous arrive actuellement ...

  • Charlotte
    Charlotte     

    Tant qu'on privilégiera le fric à la planète ça continuera ... il est vrai qu'on est trop nombreux, la terre n'est pas prête à nourrir ces milliards d'êtres humains et on ne fait rien pour améliorer les choses rien qu'en France on continue à privilégier le diésel pour satisfaire les lobbies pétroliers nous avons des décennies de retard sur le sujet...j'en passe et des meilleures des exemples comme celui là il y en a des dizaines...

  • moutondu
    moutondu     

    on est trop nombreux , c'est tout, plus de croissance , disent les politiques, c'est l'inverse qu'il faut , réduire la douleur pour mourir en paix ne rapporte pas aux protégés de la république, fabriquer des nouveaux soins, (recherches à nos frais) aux profits explosifs pour les protégés de la république, remboursés également par nos soins. = plus de monde sur la planète qui se transforme en cité mouroir . En France , nous sommes le pays ou nous vivons le plus longtemps et en mauvaise santé.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire