En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La fillette virtuelle Sweetie a été utilisée par les enquêteurs de l'ONG pendant 10 semaines en 2013.
 

Un Australien de 38 ans a été condamné à une peine de prison pour pédophilie après avoir été piégé par la fillette virtuelle, Sweetie, créée sur Internet par une ONG.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Oclis05
    Oclis05     

    Je ne suis pas bien certain de comprendre la logique derrière cette action. Plutôt que par exemple lutter contre les pedopornographe qui abreuvent le deep web de contenu, on préfère désormais pousser au crime des gens qui, bien que sacrément atteints, font tout de même parti du genre humain?

    C'est comme tendre un briquet à un pyromane et attendre qu'il foute le feu à une forêt pour le mettre en taule, indépendamment du fait que rien ne prouve qu'il serait passé à l'acte si on ne le lui avait pas donné. Bienvenue à l'ère de la présomption de culpabilité.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Oclis05)

    Ca dépend pas de l'outil mais de son utilisation.
    Ouais la présomption d'innocence c'est bien joli mais un type qui se présente en webcam à une jeune enfant la quéquette à la main avant de lui proposer des actes sexuels en toute connaissance de cause c'est censé être quoi d'autre qu'un pédophile ?

    Zero de conduite
    Zero de conduite      (réponse à HeyBaal)

    Apparemment selon Oclis05 ce type est une victime (de la police). Hallucinant ce que l'on trouve ici.

Votre réponse
Postez un commentaire