En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un réfugié et son enfant marchent à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, le 3 août 2015.
 

Alors que l'Europe fait face à une importante crise migratoire, François Hollande et Angela Merkel se sont prononcés pour l'instauration de quotas contraignants pour la répartition des réfugiés au sein des pays de l'Union européenne. Une proposition qui divise les Etats membres. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

37 opinions
  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Pablo iglesias de podemos
    Souligner que depuis 2003 le protocole européen interdit de faire les demandes d'asile dans les ambassades dans le pays d'origine
    Ils doivent obligatoirement le faire dans le pays où ils souhaitent en bénéficier.
    C'est ce qui pousse les migrants à jouer leurs vies en traversant mer et pays en guerre

  • solitaire
    solitaire     

    l'europe et diviser??? moi non et je ne me sent pas européen,puisque javait voter NON!!! au référendum!!!! alors vous réfugiés,garder loin de moi et de notre pays,ont a pas d'autre bouche a nourrir,ils vont bénéficier mieux que le peuple,alors STOP!!! ces ministres et présidents,bande de faux cul....

  • snatch
    snatch     

    La technique de la terre brûlée et tout rentre dans l'ordre......

  • La comtesse
    La comtesse     

    QU'EST CE QU' UN CHAT SOCIALISTE ?

    L' AFFAIRE DES QUOTA :

    Pourquoi ont ils tous, Sri Lankais, Irakien, Afghans, Pakistanais...des faux passeports Syriens ?
    L'industrie des faussaires est florissante en Turquie.

    Cazeneuve sur les migrants: "Le terme de quota n'a pas de sens"

    LANGAGE DE TECHNOCRATE BRUXELLOIS................

    QUOTA :
    Pourcentage, part, contingent : quota d' importation. (Larousse)

    Encore un ministre, qui prenant ses désirs pour des réalités n' a jamais ouvert un dictionnaire et prend le Français moyen pour un minus habens !

    "MECANISME DE REPARTITION SOLIDAIRE"

    dit il pour gommer "quota" inconvenant dans une bouche socialiste !

    Qu'en termes élégants ces choses la sont dites, quelle pudeur !
    Une explication de "gratte-papier" pédagogiste !

    Qu' est-ce qu'un chat Socialiste ?
    Ils appellent un chat : un animal longiligne félinesque avec 3 i, 1 c, 3 m (formule dentaire du chat chez le véto du coin) !

  • R1
    R1     

    Vous puez la peur !

    trevorsteven
    trevorsteven      (réponse à R1)

    DAESH je te déteste violeurs et tueurs d'enfants

    solitaire
    solitaire      (réponse à R1)

    perso j'ai royalement aucune peur!!! mais je n'accepte pas cela,notre peuple a besoin de bien plus,et ont va depenser pour d'autre qui arrive de partouts et qui vont beneficier de tous gratuitement,stop,de toutes facont sa finira mal tres mal...

    onoff06
    onoff06      (réponse à R1)

    Ce sont des mots de laquais de gauche sur qui la propagande et le bourrage de crâne ont bien fonctionné.Répète en boucle les mêmes mots et discours car incapable d'avoir sa propre réflexion, de se faire sa propre opinion mais a la certitude de détenir la science infuse.

  • La comtesse
    La comtesse     

    L' AFFAIRE DES QUOTA :

    Pourquoi ont ils tous, Sri Lankais, Irakien, Afghans, Pakistanais...des faux passeports Syriens ?
    L'industrie des faussaires est florissante en Turquie.

    Cazeneuve sur les migrants: "Le terme de quota n'a pas de sens"

    LANGAGE DE TECHNOCRATE BRUXELLOIS................

    QUOTA :
    Pourcentage, part, contingent : quota d' importation. (Larousse)

    Encore un ministre, qui prenant ses désirs pour des réalités n' a jamais ouvert un dictionnaire et prend le Français moyen pour un minus habens !

    "MECANISME DE REPARTITION SOLIDAIRE"

    dit il pour gommer "quota" inconvenant dans une bouche socialiste !

    Qu'en termes élégants ces choses la sont dites, quelle pudeur !
    Une explication de "gratte-papier" pédagogiste !

    Ils appellent un chat : un animal longiligne félinesque avec 3 i, 1 c, 3 m (formule dentaire du chat chez le véto du coin) !

  • R1
    R1     

    Vous puez la peur !

  • onoff06
    onoff06     

    Hollande et ses incompétents continuent.. et la colère monte encore d'un cran..bientôt l'explosion...mais l'idéologie perverse de gauche doit s'appliquer même et surtout au détriment du peuple Français...Allons enfants de la Patrie...
    Français lève toi et réveille toi, reprend ta liberté...

  • R1
    R1     

    ça sent le rance et ça transpire la peur ici.

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à R1)

    La paranoïa c'est quelque chose qui nuit au jugement, mais vaut mieux abuser de la prudence que de nier les évidences. Ne pas accepter l'idée et le fait qu'on fonce droit dans un mur alors que l'évidence est flagrante pour quiconque est doté d'un cerveau totalement fonctionnel, c'est encore plus grave et celui qui conduit entraine les autres avec lui vers des désagréments plus que certains.

    Silverspirit
    Silverspirit      (réponse à R1)

    Ce mr c est trompé il a voulu écrire je sens le rance et je transpire la peur ....

  • direvrai
    direvrai     

    Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion

Lire la suite des opinions (37)

Votre réponse
Postez un commentaire