En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des manifestants portant des icônes sont agenouillés face aux policiers anti-émeutes, le 24 janvier, à Kiev.
 

Cela commence à être connu: un projet de partition de l'Ukraine émerge, ses partisans agissent dans la discrétion. Ce pays tout en longueur est-ouest est composé humainement de quatre zones, et certains dirigeants russes et ukrainiens ne voudraient-ils pas isoler la partie trop frondeuse afin de mieux garder le reste?

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Gandalff
    Gandalff     

    Excellente réponse. Le pigiste de l'article n'a rien compris de ce qui lui a été expliqué.

  • milk
    milk     

    Cet article enchaîne contre-vérité sur contre-vérité. Et quelles sont vos mystérieuses sources ? Elles font preuve d'une telle "discrétion", comme vous dites, que vous êtes le seul à entendre cette théorie du complot.

    Lorsque vous écrivez : "À la chute de l'Empire tsariste, la partie occidentale de l'Ukraine – la Galicie – obtint son indépendance", c'est confus et faux. C'est à la chute de l'empire austro-hongrois que la Galicie a proclamé son indépendance le 01/11/1918. A la chute de l'empire tsariste, ce sont les autres territoires composant l'Ukraine actuelle qui ont proclamé leur indépendance le 22/01/1918. Ces deux républiques ukrainiennes ont scellé leur union en un seul état le 22/01/1919.

    Aujourd'hui encore, les nationalistes de Galicie ne veulent pas la partition, mais au contraire l'unité de l'Ukraine. C'est une constante dans leur histoire, aux antipodes de ce que vous prétendez en écrivant : "Traditionnellement, les nationalistes à Lviv y pensent sérieusement, afin de se retrouver entre Ukrainiens galiciens purs."

    Dans le camp "pro-russe", le désir de décomposition du pays est tout aussi douteux, contrairement à ce que vous affirmez. Ceux qui possèdent un pouvoir local, économique par exemple, savent très bien qu'il serait "dilué" s'ils étaient englobés par la Russie.

    Au lieu de truffer votre article de verbes au conditionnel et de nous livrer des réflexions d'un simplisme caricatural, vous feriez mieux d'analyser ce qui se passe sous nos yeux.

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    déjà que l'Europe actuel ne marche pas, comment prendre à bord un autre passager ???

Votre réponse
Postez un commentaire