En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des fleurs et des bougies déposées en hommage à la députée britannique Jo Cox, à Londres le 16 juin 2016
 

Une députée travailliste pro-UE de 41 ans est morte jeudi après avoir été attaquée par un homme. Thomas Mair, le meurtrier présumé interpellé après les faits, avait des troubles psychiques et aurait crié "Britain first" lors de l'agression.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Pun
    Pun     

    C'est dangereux ce genre d'article, parce que si on nous rabâche que c'est un néo-nazi qui à éliminé un(e) politicien(ne), cela donne une bonne image des neo-nazis, et tout le monde va se mettre à les idolâtrer.

  • Pun
    Pun     

    C'est dangereux ce genre d'article, parce que si on nous rabâche que c'est un néo-nazi qui à éliminé un(e) politicien(ne), cela donne une bonne image des neo-nazis, et tout le monde va se mettre à les idolâtrer.

  • carabi
    carabi     

    Dans des médias on peut lire, par exemple :
    -"L'homme et la députée se seraient battus avant qu'il ne lui tire dessus, a dit ce témoin, évoquant également un autre homme qui aurait tenté de s'interposer. "
    -" Jo Cox se serait interposée dans une rixe impliquant deux hommes, avant d’être prise à partie par l’un d’eux."
    Dans la plupart des articles de la presse on se rend compte qu'on ne connaît pas réellement ce qui c'est passé.
    Dire, comme certains : qu' "elle est morte pour ses convictions ", n'est-ce pas un peu prématuré ! ?

Votre réponse
Postez un commentaire