En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan (L) shakes hands with Dutch Prime Minister Mark Rutte during a welcoming ceremony before talks in Ankara, on November 6, 2012. AFP PHOTO/ADEM ALTAN
ADEM ALTAN / AFP
 

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a exclu dimanche de présenter des excuses de la part de son gouvernement pour avoir expulsé la veille une ministre turque, espérant toutefois calmer la crise diplomatique entre La Haye et Ankara.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Malavois
    Malavois     

    Ainsi, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, a pu sans encombre participer activement à un meeting de soutien électoral, visant à obtenir le pouvoir absolu pour Erdogan, organisé à Metz ce dimanche avec la bénédiction du gouvernement Hollande. Honte à Hollande et son gouvernement qui à l'opposé ne font rien pour soutenir le droit à la liberté d'expression actuellement bafoué en Turquie. C'est là un silence coupable de la France face à la dérive dictatoriale d'Erdogan. Est-il nécessaire de rappeler que chaque jour qui passe en Turquie, des députés et dirigeants de gauche, des journalistes de quotidiens d'opposition, des écrivains, des avocats et magistrats, se font arrêter et emprisonner. La liste est longue des éléments prouvant cette dérive dictatoriale : purge massive dans l'administration publique, dans l'armée, emprisonnement de journalistes, fermeture de médias audiovisuels et de la presse non inféodés, guerre meurtrière menée contre le peuple Kurde en Turquie, ainsi qu'en Syrie et en Irak, appui direct et indirect à Daech ... Serait-ce que Hollande et son gouvernement craignent secrètement d'éventuelles représailles de la part de l'autocrate Erdogan à l'encontre de l'Union européenne ? Celle notamment que celui-ci mette à execution ses menaces, réitérées à plusieurs reprises, de laisser les 2,7 millions de réfugiés syriens présents sur son territoire passer les frontières de l'Union européenne ? On est bien là, en droit de se poser la question ...

    Eric Hahn
    Eric Hahn      (réponse à Malavois)

    Très bon commentaire.comme toujours la France et ce gouvernement baisse sont pantalon.

Votre réponse
Postez un commentaire