BFM Business
Assurance Banque

Les syndicats des secteurs de la banque et de l'assurance réclament des augmentations à hauteur de l'inflation

Alors que les directions des principaux établissements proposent des augmentations de salaires oscillant entre 1,5 et 3,5%, les syndicats souhaitent que cette revalorisation soit plus proche de la hausse des prix qui frôlait les 6% sur un an en août.

Face à l'inflation galopante de ces derniers mois, les syndicats des secteurs de la banque et de l'assurance haussent le ton pour obtenir des augmentations de salaires plus conséquentes que celles de l'an dernier. Non sans un certain succès. Pour l'instant, "ça va plutôt dans le bon sens", a commenté Frédéric Guyonnet, président national du SNB/CFE-CGC, premier syndicat du secteur bancaire.

Selon lui, les principaux établissements ont proposé des augmentations allant de 1,5% à 3,5%, soit bien mieux que fin 2021, quand les hausses allaient de 0,6% pour BNP Paribas, à 1% pour Crédit Mutuel et HSBC. À l'époque, c'était la première fois depuis des années qu'autant de banques avaient accordé des augmentations collectives.

En plus des hausses de salaires, qui entreront en vigueur au 1er janvier, des primes ont été proposées, visant selon les syndicats à compenser la perte de pouvoir d'achat des derniers mois liée à une inflation à 5,9% sur un an en août. Celles-ci peuvent par exemple atteindre 1.500 euros à la Macif, qui entend verser en deux fois à l'ensemble de ses salariés, avant le début des NAO (négociations annuelles obligatoires) prévues pour janvier. Chez Axa, les négociations ont débuté mercredi, soit plus tôt qu'habituellement, notamment pour répondre au contexte inflationniste.

Des négociations en cours à la Société Générale, bientôt chez Groupama

En comptabilisant les augmentations, les primes, l'intéressement, la participation et les augmentations individuelles, qui sont très répandues dans la banque, "quand vous mettez tout bout à bout, ça pèse, en fait", souligne Frédéric Guyonnet. Pour autant, certains points de friction demeurent.

Chez Groupama, une grève a ainsi eu lieu mardi, avant même la première réunion de NAO, prévue le 18 octobre. L'intersyndicale réclame des augmentations à hauteur de l'inflation, tandis que l'entreprise n'a accordé aucune augmentation générale depuis dix ans et que les négociations de fin 2021 n'avaient pu aboutir à un accord. "Le principe d'une augmentation générale a été actée", a commenté la direction, qui rappelle avoir déjà versé en septembre une prime allant de 400 à 800 euros.

Au sein du groupe Société Générale, en revanche, les négociations ont déjà débuté et les syndicats SNB, CFDT et CFTC réclament ensemble "une augmentation collective pérenne pour tous les salariés, qui doit compenser au minimum l'inflation que nous subissons". La banque au logo rouge et noir a d'autant plus la pression qu'elle "doit embarquer l'ensemble des salariés sur son projet" de fusion des réseaux Société Générale et Crédit du Nord, décrypte Frédéric Guyonnet, jugeant que "tout le monde veut aboutir à un accord". Une nouvelle réunion sur les salaires doit se tenir le 3 octobre.

Hausse des salaires d'un peu moins de 3% à BNP Paribas et la Caisse d'Epargne

D'une manière générale, "je ne dirais pas que c'est tendu, mais il y a quand même un rapport de force qui se constitue", résume Thierry Tisserand, secrétaire national de la CFDT banque et assurance, premier syndicat dans l'assurance et deuxième chez les banques.

Il y a une très forte attente des salariés avec un contexte quand même anxiogène", ajoute-t-il.

Chez BNP Paribas, la direction propose 2,9% d'augmentation avec un plancher de 1.100 euros minimum par an pour tous les salariés gagnant moins de 80.000 euros par an. Elle a également offert une prime de 800 euros pour les salaires allant jusqu'à trois fois le Smic et de 500 euros pour les autres. Pour Rémi Gandon, délégué syndical du SNB, syndicat disposant de la majorité à lui seul chez BNP Paribas, l'augmentation devrait concerner tous les salariés et la prime devrait être plus importante pour compenser la perte de pouvoir d'achat des derniers mois.

Dans les Caisses d'Épargne, la direction a proposé une hausse de 2,8%, avec un minimum de 1.000 euros par an. Un niveau jugé insuffisant par trois syndicats de la Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées (CGT, FO et Sud), qui ont fait grève ce jeudi. Outre la question des salaires, il s'agissait également de demander l'ouverture de négociations sur les méthodes et conditions de travail. Pour répondre au mécontentement, la direction a décidé d'avancer la NAO dédiée à la caisse régionale au 6 octobre, alors qu'elle avait traditionnellement lieu en décembre, a indiqué une représentante de FO.

TT avec AFP