BFM Tech

Twitter a massivement diffusé un tweet sponsorisé ouvertement raciste

Twitter va adapter sa version mobile au web.

Twitter va adapter sa version mobile au web. - AFP

Un tweet contenant des propos haineux s’est affiché ce 22 janvier dans les timelines de nombreux utilisateurs de Twitter. Son auteur, qui a piraté le compte d’un tiers, a réussi à payer le réseau social pour qu’il soit visible par le plus grand nombre. Une possibilité qui va pourtant à l’encontre de la politique de la société américaine.

Sponsoriser un tweet raciste, c’est possible. C’est ce que nous avons constaté ce dimanche 22 janvier quand apparaît dans notre timeline un tweet émanant d’un certain @DoflaYT appelant à virer "ces bougnoules et ces Noirs de France".

En analysant ce compte, qui utilise un portrait de Marine Le Pen comme photo de profil, on comprend rapidement qu’il a été hacké. Les tweets précédents ne font aucune mention de propos racistes, tandis que l’un des suivants affiche clairement le mot de passe de l’utilisateur, invitant même à le tester sur ses autres comptes sociaux.

A l'origine, le compte d'un youtubeur piraté

Le profil @DoflaYT est en effet celui d’un youtubeur surnommé "Doflamingoh". Sa chaîne regroupant 36.642 abonnés est dédiée au MMORPG Dofus : il y explique et analyse le jeu vidéo en détail. On est donc très loin des propos racistes tenus ce dimanche.

De nombreux utilisateurs de Twitter se sont émus de la possibilité de pouvoir sponsoriser un tweet raciste. Concrètement, la personne qui a pris le contrôle du compte a donné de l’argent à Twitter pour acheter de la visibilité. Le tweet est ainsi affiché dans la timeline de personnes qui ne sont pas abonnées au compte de @DoflaYT et qui n’ont pas demandé à voir ce genre de propos.

Après plusieurs signalements, dont celui de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), le compte a finalement été fermé. @DoflaYT est donc victime d’une sorte de double peine: usurpation d’identité et suspension de son profil (qui comptait un peu plus de 6.300 abonnés) pour des propos qu’il n’a pas tenu.

Selon la Licra, ce cas d’un tweet sponsorisé contenant des propos racistes est une première: "des tweets racistes, il y en a beaucoup sur Twitter, mais nous n’avons pas connaissance de ce genre de tweets sponsorisés", nous a expliqué le service juridique de l’association.

Pas de contrôle a priori sur les tweets sponsorisés

Contacté par BFMTV, Twitter nous a simplement précisé qu’il ne faisait "pas de commentaire sur des comptes individuels pour des raisons de confidentialité et de sécurité". La société américaine nous confirme simplement que le tweet sponsorisé a été supprimé, tout comme le compte; nous invitant même à consulter ses "politiques relatives aux publicités Twitter".

On y trouve bel et bien tout un chapitre portant sur les "contenus incitant à la haine ou à la violence ou se rapportant à des sujets sensibles". Mais Twitter ne contrôle pas a priori le contenu des tweets sponsorisés et mise donc sur l’autorégulation opérée par les signalements des utilisateurs.

-
- © -

Tous ses comptes sociaux piratés

Un procédé qui laisse donc la porte ouverte à de nombreux abus. Le tweet en question est malgré tout resté en ligne une douzaine d’heures avant d’être supprimé. Tout cela à l’insu du réel titulaire du compte qui s’en voit désormais privé. Contacté par BFMTV, @DoflaYT - qui préfère continuer à utiliser son pseudo - nous explique avoir "été très choqué". Surtout que le pirate ne s'est pas limité à son compte Twitter: "il a aussi publié des propos racistes sur mes comptes Twitch, Instagram, Snapchat et a accédé à mon compte Yahoo!". 

Les vols d'identifiants qui avaient touché le service américain à deux reprises pourraient même être la source de ce piratage: "j'utilisais le même mot de passe que sur Yahoo! sur mes autres comptes sociaux, j'ai réussi à changer l'adresse e-mail de secours sur tous ces sites, sauf sur Twitter... Je n'ai pas été assez rapide. J'attends désormais que la suspension de mon compte original soit rapidement levée". En attendant @DoflaYT n'a pas eu d'autre choix que d'ouvrir un compte secondaire pour continuer à tweeter