BFM Business

Snapchat: le filtre masculin/féminin utilisé pour traquer les prédateurs sexuels

-

- - BFMTV.COM

Un étudiant américain a utilisé le filtre Snapchat de changement de genre pour piéger un policier sur Tinder. Pour cela, il a choisi de se faire passer pour une mineure de 16 ans.

Rarement un filtre n’aura autant fait parler. Aux Etats-Unis, un jeune homme de 20 ans a utilisé le filtre Snapchat de changement de genre pour dénoncer un policier qui cherchait à avoir des relations sexuelles avec des étudiantes mineures, a repéré The Verge. Comme d'autres avant lui, il a testé l'attractivité de son "double" auprès de membres de Tinder, une application de rencontres utilisée par des millions de personnes dans le monde. Mais il s’agissait cette fois d'une stratégie pour traquer d’éventuels prédateurs sexuels.

Avec le filtre de changement de genre, Ethan a transformé son visage en celui d’un "femme" selon Snapchat et créé un faux profil sur Tinder qu’il a surnommé Esther. Cette dernière a rapidement attiré l’attention de plusieurs hommes, dont Robert D., un policier de San Mateo en Californie.

Caché derrière sa fausse identité, Ethan a alors fait croire au policier qu’Esther était une lycéenne de seulement 16 ans. L'homme n’a pas eu l’air de s’en formaliser puisqu’il a continué à échanger pendant plus de 12 heures sur Snapchat avec la prétendue étudiante. Ethan a ensuite fait des captures d’écran de leur conversation et les a transmises à la police.

Robert D. a finalement été arrêté et mis à pied pour avoir contacté une mineure dans le but d’avoir des relations sexuelles, ce qui est un crime puisque la majorité sexuelle aux Etats-Unis est fixée à 18 ans.

Un filtre accusé d'alimenter la transphobie 

Apparus en 2015 sur Snapchat et un an plus tard sur Instagram, les filtres ont fait fureur avant de tomber aux oubliettes. Mais Snapchat, qui souffre de la concurrence avec le réseau social appartenant à Facebook, a frappé un grand coup en sortant il y a quelques semaines le filtre de changement de genre, transformant les visages d'hommes en ceux de femmes et vice versa. Un succès qui s’est accompagné d’une polémique.

Le filtre de changement de genre a en effet été accusé d’alimenter la transphobie. Des personnes trans ont confié au site américain Vice se sentir ciblées par les plaisanteries des utilisateurs du filtre, qui les caricaturerait de façon "cruelle et insensible". 

Snapchat a déjà été contraint de retirer un filtre par le passé, après une polémique. Ce fut le cas lors de la diffusion du filtre "asiatique", accusé de racisme, au même titre que le filtre "Bob Marley", qui noircissait la peau et ajoutait un chapeau rasta.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech