BFM Tech

Par peur de Trump, la grande archive du Web déménage au Canada

Donald Trump, le 10 novembre 2016.

Donald Trump, le 10 novembre 2016. - Yuri Gripas - AFP

L’organisation qui archive 300 millions de pages web par semaine a prévu de réaliser une copie complète de ses serveurs au Canada. Une décision due à l’élection de Donald Trump, qui s’est souvent exprimé sur son envie de légiférer sur la neutralité du Net.

Vous avez probablement déjà utilisé le service Wayback Machine qui permet de consulter d’anciennes versions de sites aujourd’hui parfois disparus. L’organisation américaine à but non lucratif qui le gère vient d’annoncer qu’elle disposait désormais d’une sauvegarde de ses données au Canada.

Dans une note publiée sur son blog, elle explique que son activité d’archivage des données publiées sur Internet nécessite une politique ouverte et stable. "Le 9 novembre dernier, l’Amérique s’est réveillée avec une nouvelle administration promettant des changements radicaux, constate Internet Archive. Nous devons nous préparer à un Web qui peut faire face à de grandes restrictions".

Un candidat aux déclarations radicales

"Pour nous, cela signifie qu’il faut conserver nos données culturelles en sécurité, privées et perpétuellement accessibles", poursuit l’organisation. Une copie complète de ces serveurs sera donc effectuée au Canada. Estimée à plusieurs millions de dollars, elle nécessite donc le lancement d’une grande campagne de dons désormais affichée sur toutes les pages du site.

Sans être très précis, Donald Trump s’est souvent exprimé sur son envie de légiférer sur la neutralité du Net. Dans un discours de campagne en décembre 2015, il s’était même emporté, évoquant une possible fermeture d’Internet. Pas très à l’aise avec un ordinateur entre les mains, il a souvent été moqué par les professionnels du secteur pour sa méconnaissance de l’informatique. Drôle pour certains, mais suffisamment sérieux pour prendre les devants pour d’autres.