BFM Tech

Mort du fondateur de Roland, sans qui le hip-hop et la techno n’auraient pas existé

La TB-303, l'une des machines les plus célèbres de Roland.

La TB-303, l'une des machines les plus célèbres de Roland. - Flickr / Danielle Scott

Ikutaro Kakehashi, fondateur de la marque de boîtes à rythmes et synthétiseurs Roland, est mort. Sans ses instruments, le hip-hop et la house et la techno ne sonneraient pas de la même manière.

Difficile de dire ce que la musique des années 80 et 90 aurait été sans lui. Ce 1er avril, Ikutaro Kakehashi, le Japonais fondateur de la marque d’instruments électroniques Roland est mort à 87 ans. Il était à l’origine de la création de nombreuses boites à rythmes et autres synthétiseurs, dont les sons ont été largement utilisés par les artistes de ces deux décennies. L'information a été donnée sur Facebook par Tommy Snyder, un ancien employé de la marque. 

Peu connue du grand public, mais adulée par les musiciens, Roland est en effet la principale société à l’origine de la démocratisation de la production musicale. Outre ses machines, Ikutaro Kakehashi est en effet aussi le créateur du MIDI, le standard de communication adoptée par toute l’industrie musicale pour faire dialoguer et synchroniser les appareils. Une révolution qui sera l’une des bases du « home studio », ces studios de production que l’on pouvait créer directement chez soi grâce à la baisse des prix.

Une multitude de machines indispensables

La TR-808, une boîte à rythmes historique.
La TR-808, une boîte à rythmes historique. © -

Parmi les appareils emblématiques de Roland, on peut citer la boîte à rythmes TR-808, utilisée dans les premiers morceaux de hip-hop des années 80 (Afrika Bambaataa, Public Enemy et même dans la soul avec Marvin Gaye sur la chanson Sexual Healing). Quelques années plus tard, la TR-909, aux sons plus tranchants, jouera un rôle fondateur pour les premiers artistes de la techno de Detroit (Juan Atkins, Derrick May ou encore Kevin Saunderson).

Mais l’une de ses machines les plus importantes fut certainement, la TB-303. Commercialisée en 1982, elle était destinée à l’origine à la création de sons de basses, mais devant ses faibles performances, elle est d’abord un flop commercial. Il faudra attendre 1987, pour que le duo de Chicago Phuture triture à l’extrême ses réglages sur le titre Acid Tracks pour en tirer ce son si caractéristique qui donnera naissance à l’acid house.

Multiplication des hommages

Les synthétiseurs de la marque ont également été à l’origine de nombreux tubes, comme le Juno-106 pour le son agressif très caractéristique du Rollin’ and Scratchin’ de Daft Punk. Le SH-101 et le JP-8000 furent quant à eux des instruments parmi les plus employés de la trance music.

De nombreux artistes ont rendu hommage à Ikutaro Kakehashi sur Twitter. Des chantres de la musique industrielle Throggin Gristle au producteur d’œuvres bien plus grand public Paul Epworth (Adele, Coldplay, U2).