BFM Tech

Milo Yiannopoulos, le "troll" raciste et sexiste banni à tout jamais de Twitter

Milo Yiannopoulos est connu pour ses propos outranciers sur les réseaux sociaux.

Milo Yiannopoulos est connu pour ses propos outranciers sur les réseaux sociaux. - Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Editorialiste controversé, Milo Yiannopoulos avait déjà été suspendu du site de micro-bloging en raison de ses propos haineux. Il vient d'en être exclu à jamais.

338 000. C’était le nombre de followers qui suivaient Milo Yiannopoulos sur Twitter jusqu’à ce que la plateforme prenne la décision de le bannir ce mardi 19 juillet. La raison ? Les entorses répétées de cet éditorialiste provocateur à la charte de bonne conduite du site. Désormais, lorsque l'on se rend sur son compte, on trouve ce message :

-
- © Twitter

Il lui est également interdit de créer tout autre compte. Yiannoupoulos est ce que l’on appelle un troll, connu pour ces déclarations racistes et sexistes.

Cet entrepreneur et journaliste d’origine grecque et britannique est une figure incontournable de la Silicon Valley où il vit. Il ne doit cependant pas sa notoriété à son expertise high-tech mais à ses déclarations polémiques et son site ultra-conservateur Breitbart.com, qui soutient Donald Trump.

Twitter avait suspendu une première fois le compte de Breitbart au mois de décembre dernier. Son fondateur avait alors appelé les internautes à le soutenir au nom de la liberté d’expression derrière le hashtag #jesuismilo. Le site de micro-bloging l’avait finalement réintégré peu après, puis de nouveau évincé après un tweet islamophobe à la suite de l’attentat d’Orlando.

Une décision motivée par le harcèlement de Leslie Jones

Twitter a pris cette fois une décision radicale après la campagne de harcèlement qu’il a mené contre l’actrice Leslie Jones. Cette dernière s’est en effet vue assaillie d’images et de commentaires misogynes à l’appel de Yiannopoulos qui la comparaît à un homme.

Ce n’est pas la première fois que le réseau social applique cette sanction suprême. Ce fut le cas à l’encontre du rappeur Azealia Banks ou encore de l’éditorialiste Charles Johnson. Mais d’après le site Re/Code, la société aurait débuté un véritable tour de vis depuis plusieurs jours pour sanctionner les auteurs de propos haineux. Elle affirme également investir massivement dans de nouveaux outils pour intervenir plus rapidement.
Twitter envisage, par ailleurs, de rendre plus stricte sa politique de bonne conduite. "Nous vous fournirons plus de détails sur ces changements dans les prochaines semaines", a déclaré un porte-parole à Re/Code.

On assiste donc à un vrai changement de culture de la part des géants américains du Web et de Twitter en particulier. Après les attentats de Nice la semaine dernière, le site s'était déjà distingué en supprimant très rapidement les commentaires outranciers de certains utilisateurs.

Amélie Charnay