BFM Tech

LeWeb12 : que retenir de la première journée ?

Ouverture mardi de la conférence LeWeb aux Docks de Paris, à la Plaine Saint-Denis

Ouverture mardi de la conférence LeWeb aux Docks de Paris, à la Plaine Saint-Denis - -

Après avoir ouvert ses portes mardi matin, LeWeb12 a prévu de mettre les objets connectés à l’honneur de sa dixième édition. Entre démonstrations et annonces, on fait le point sur cette première journée high-tech.

Quelle réalité pour les objets connectés ? Mis à l’honneur de la dixième édition du Web Paris (LeWeb12 cette année, donc), l’internet des objets connaît ses premiers soubresauts. Deux présentations ont particulièrement retenu l’attention du public, mardi matin.

>> Revivez la journée de mardi comme si vous y étiez avec notre live par ici.

Le cerveau connecté

Celle d’Ariel Garten pour commencer. La présidente d’Interaxon a proposé une démonstration du logiciel Emotype. Son fonctionnement est simple : il suffit de se munir d'une sorte de serre-tête high-tech qui analyse en temps réel ce que notre cerveau éprouve, en écrivant un mail par exemple.

L'appareil traduit alors en différentes polices les émotions ressenties au cours de l’écriture. A l’arrivée, cela donne des mails un peu brouillon, avec beaucoup de typographies mélangées, mais avec l’assurance d’envoyer un message personnalisé.

La maison dans la poche

La présentation de Jeff Haggins ensuite. Augmenter le chauffage chez soi avec son téléphone ? Il y a une application pour ça. Jeff Haggins, de SmartTings, en fait la démonstration en direct avec son équipe, restée aux Etats-Unis, en éteignant depuis la scène du Web12 les lumières de son sapin de Noël. Ou comment le téléphone devient la tour de contrôle des objets connectés de la maison.

Un système également développé en France par Orange, qui a lancé en juin dernier un plug disposant de sa propre carte SIM permettant de gérer, par SMS, tous les objets qui y sont connectés. Télévision, ordinateur, lumière... Il est possible d'allumer ou éteindre ces appareils en envoyant un message ON ou OFF à ce boîtier intelligent.

Et en matière d’Internet des objets, les Frenchies répondent bien présents puisque la société Sigfox a développé de son côté un réseau parallèle propre aux objets connectés. Objectif ? Être averti par SMS lorsque du courrier a été déposé dans votre boîte aux lettres ou recevoir un tweet envoyé par votre pot de fleur pour vous avertir que votre plante verte a besoin d'eau. Et avec 50 millions d’objets connectés en circulation à l’horizon 2020, vous pourrez donc communiquer avec votre frigo ou votre dressing sans passer pour un excentrique.

Mais LeWeb est aussi l’endroit où, avec 4.000 participants, dont une bonne partie de journalistes et blogueurs spécialisés accrédités, les marques réservent quelques annonces. Ainsi, plusieurs nouveautés ont été dévoilées ou confirmées ce mardi.

Facebook, le mobile en ligne de mire. "We think mobile first". Leader incontesté des réseaux sociaux, Facebook se tourne plus que jamais vers le mobile, comme l’a souligné Peter Deng, directeur des produits chez Facebook. Un "glissement fondamental" motivé par les habitudes des adolescents, qui privilégient davantage les SMS aux mails. Résultat : la firme prépare un Facebook Messenger disponible sur mobile et accessible sans compte Facebook (aujourd’hui, ce service fonctionne déjà sur mobile mais suppose d’être connecté sur un compte).

Un Twitter plus local. Prochain développement de Twitter en France : la possibilité de voir les tweets postés depuis sa ville. Pas une grande révolution en perspective mais un nouvel affinage des recherches sur le site de micro-blogging, qui enregistre une croissance en France de 150% d’utilisateurs supplémentaires chaque année, souligne Katie Stanton, vice-présidente du développement international de Twitter.

Google, un graphique pour capturer tous les savoirs. Dans ce que Ben Gomes appelle le Knowledge Graph, le géant américain stocke 18 milliards de liens qui unissent des objets entres eux, comme par exemple la fiche de l’architecte Frank Lloyd Wright, liée à l’ensemble de ses réalisations. De nouvelles données de masse qui permettront de doper encore le moteur de recherche pour le rendre « plus intelligent ».

Une version business pour Evernote. Phil Libin, fondateur d'Evernote (cette application qui permet de prendre des notes et gérer son agenda et ses projets) annonce 45 millions d'utilisateurs à travers le monde. Son dernier projet est une version Business (qui s'intègre notamment à une page Google) de sa célèbre appli, proposée pour 10 dollars par mois et par collaborateur. Une évolution née du constat que 66% des utilisateurs d'Evernote s'en servent au travail.

Un nouveau jeu pour Zeptolab. Misha Lyalin, fondateur de Zeptolab, revenu sur le succès de son jeu Cut the rope, téléchargé plus de 250 millions de fois à travers le monde. "Nous voulions créer un jeu auquel tout le monde pourrait jouer", explique-t-il. Et un nouveau jeu surfera bientôt sur le succès de son aîné : Pudding monsters.

|||

>> Au programme mercredi

10h – Marko Ahtisaari de Nokia devrait faire une annonce…

11h35 – Pascal Cagni, vice-président d’Apple Europe, fera un point sur les derniers développements de la firme 

15h10 – Gil Blander, fondateur et président d’InsideTracker, présente une application pour surveiller en ligne la qualité de son sang

15h40 – Le crowdfunding, une solution des start-ups ? Un début de réponse avec Danae Ringelmann d’Indiegogo 

17h10 – Rafi Haladjian, spécialiste des objets connectés, apportera son éclairage sur leurs possibles impacts.

|||A LIRE AUSSI

>> LeWeb ne connaît pas la crise. Selon Loïc Le Meur, "la récession est surtout dans les têtes". Retrouvez son interview sur BFM Business par ici.

>> "On est en train de connecter la vie des gens!". L'interview de Rafi Haladjian, spécialiste des objets connectés qui était l'invité de BFM Business ce matin.

>> Sigfox, des Frenchies au coeur de l'Internet des objets. Découvrez cette start-up prometteuse en cliquant ici.
>> Le créateur de l’iPod dévoile son nouveau projet. Tony Fadell a encore des idées et le prouve ici.

Sandrine Cochard