BFM Business

La Chine envisage d’interdire les "fermes à bitcoins"

La Chine compte parmi les pays les plus importants en matière de minage de bitcoins.

La Chine compte parmi les pays les plus importants en matière de minage de bitcoins. - Lars Hagberg / AFP

La Chine serre encore un peu plus la vis dans le secteur des cryptomonnaies. Le pays s'en prend désormais aux activités de minage de bitcoin, qu'il envisage d'interdire purement et simplement.

La Chine durcit encore un peu plus sa politique à l'égard des cryptomonnaies. La principale autorité de planification économique du pays envisage d'interdire le minage de bitcoin, note l'AFP. Cette activité, très gourmande en électricité, est nécessaire à la création de bitcoins. Elle s'appuie sur la puissance de calcul d'ordinateurs, bien souvent rassemblés dans d'immenses entrepôts - les bien nommées "fermes à bitcoins".

Ce lundi, la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) a lancé une procédure de consultation publique sur une nouvelle liste d'activités industrielles qu'elle entend encourager, restreindre ou interdire. Le minage de bitcoins fait partie des 450 activités jugées incompatibles avec les lois ou réglementations en vigueur, ou insuffisamment sûres ou à même de polluer.

La Chine est pourtant en pointe dans le secteur des cryptomonnaies et pèse lourd au niveau mondial dans la création de bitcoins. Selon Les Echos, le pays abritait en 2017 près de 58 % de la puissance de minage, loin devant les États-Unis (16 %). Le faible coût de l'électricité rend cette activité rentable. Ces derniers mois, bon nombre de "mineurs" chinois sont partis s'installer dans les provinces du Yunnan et du Sichuan, en quête d'énergie hydraulique à bas prix, souligne le South China Morning Post

Une méfiance grandissante

Le secteur des cryptomonnaies fait l'objet depuis 2017 d'une surveillance étroite des autorités chinoises. Les ICO (pour "initial coin offerings"), qui qualifient des levées de fonds en cryptomonnaies, ont été interdites dans le pays. Des plateformes de transactions ont également été fermées. Enfin, des entreprises en pointe dans le secteur se sont vues forcées de délocaliser leurs activités.

La Chine voit en les cryptomonnaies un risque de fuite de capitaux et s'inquiète de la forte volatilité de leur cours, qui ne dépend d'aucune banque ni d'aucun gouvernement

Le projet ne précise pas la date à laquelle le minage de bitcoin serait interdit. La décision pourrait néanmoins entrer en vigueur immédiatement après son adoption définitive. La consultation publique est ouverte jusqu'au 7 mai.

Elsa Trujillo avec AFP