BFM Business

L'institut culturel de Google ouvrira en septembre son espace physique à Paris

Un espace physique lié au Google Art Project va ouvrir à Paris.

Un espace physique lié au Google Art Project va ouvrir à Paris. - -

Google, qui compte désormais près de 300 partenaires pour sa plateforme en ligne Google Art Project, ouvrira en septembre un "espace physique" pour son institut culturel dans ses locaux parisiens, a annoncé à l'AFP le géant américain de l'internet.

"L'inauguration de cet espace, qui ne sera pas un musée mais un lieu d'échanges et de débats, est prévue en septembre", selon Amit Sood, directeur de l'Institut culturel de Google créé fin 2011 et qui comprend une équipe dédiée de trente personnes environ. Un espace physique va être créé à Paris.

Laurent Gaveau, qui s'occupait des nouvelles technologies au Château de Versailles, a été recruté en juin par le géant américain de l'internet pour faire vivre cet espace qui occupera une partie du rez-de-chaussée de l'hôtel particulier accueillant Google France rue de Londres dans le IXè arrondissement.

260 musées en visite virtuelle dans le Google Art Project

Le Google Art Project, qui permet de visiter virtuellement les musées partenaires avec Street View et de zoomer sur les oeuvres, a été lancé en février 2011 avec 17 grands musées partenaires - dont Versailles- représentant neuf pays. Il a pris son essor en avril 2012, avec plus de 150 partenaires dans quarante pays.

Il compte actuellement plus de 260 musées et institutions partenaires dans 43 pays. Huit musées français y figurent, notamment Orsay et le Quai Branly mais toujours pas le Louvre ni le Centre Pompidou.

Depuis juin, Google a réuni sur une plateforme unique à la fois Art Project, la visite virtuelle des grands sites du patrimoine mondial et les expositions d'archives historiques.

Lancées en octobre 2012, ces expositions, qui sont réalisées par des institutions partenaires avec la technologie de Google, sont actuellement au nombre de 70 environ et portent sur l'Holocauste, Nelson Mandela ou encore la "Dolce vita" italienne.

M. P. avec AFP