BFM Business

L’armée américaine renonce aux disquettes pour lancer ses missiles nucléaires

L'armée américaine tourne la page.

L'armée américaine tourne la page. - Delil SOULEIMAN / AFP

Le système américain de coordination des missiles balistiques intercontinentaux et des bombardiers nucléaires américains s'appuyait jusqu'à présent sur des disquettes 8 pouces. Le système, obsolète, a été remplacé.

L'armée américaine tourne la page. Exit les disquettes de 8 pouces, insérées dans un ancien ordinateur des années 70, pour recevoir les ordres de lancement nucléaire du président. Le commandement stratégique américain passera désormais à un système moins obsolète, rapporte le média spécialisé C4ISRnet

Le nouveau dispositif utilisé? Une "solution de stockage numérique hautement sécurisée", a déclaré le lieutenant-colonel Jason Rossi, commandant de la 595e escadron de communications stratégiques de l'armée de l'air.

Les disquettes pointées du doigt depuis 2014

Le système en question est depuis plusieurs années utilisée par l'armée américaine pour envoyer des messages d'urgence aux forces déployées sur le terrain. Le changement est effectif depuis juin dernier. L'utilisation de disquettes avait, elle, été pointée du doigt dès 2014.

"Il s'agit vraisemblablement du plus vieux système informatique de l'armée de l'air", précise Jason Rossi. "Mais c'est cette ancienneté qui est gage de sécurité. Il est impossible de pirater quelque chose qui n'a pas d'adresse IP. C'est donc un système tout à fait unique - vieux mais très fiable. "

En mai 2016 déjà, un rapport avait accablé l'armée américaine pour l'obsolescence de certains de ses systèmes stratégiques. À l'époque, le rapport en question avait relevé l'utilisation d'un IBM Series/1, soit un ordinateur vieux de 40 ans, pour prendre en charge la coordination des forces nucléaires américaines. Cet arsenal comprend non seulement les missiles à très longue portée qui décollent du territoire américain mais aussi les bombardiers nucléaires. Le Département du Trésor, le système pénitentiaire, la sécurité sociale ou encore le suivi des impôts avaient eux aussi recours à des systèmes obsolètes.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech