BFM Tech

Il y a plus de 60 ans, ces morceaux de musique étaient générés par un ordinateur

"Baby", l'ordinateur à l'origine de ces chansons.

"Baby", l'ordinateur à l'origine de ces chansons. - -

En 1951, la BBC enregistrait les premières notes créées sur ordinateur dans le laboratoire d’Alan Turing. Deux spécialistes se sont attelés à la restauration du disque vinyle. Ils mettent aujourd'hui l’enregistrement à disposition de tous.

C’est un véritable morceau d’histoire de la musique électronique. Pour la première fois depuis des décennies, on peut à nouveau écouter l’enregistrement des premières chansons générées par un ordinateur, en 1951, en l’occurrence l’immense "Baby", créé à Manchester dans le laboratoire du pionnier de l'informatique Alan Turing.

Ces trois chansons – God Save The Queen, la comptine Baa, Baa, Black Sheep, et In The Mood de Glenn Miller – avaient été enregistrées en 1951 sur un disque vinyle par la BBC. Seule trace conservée de la performance (l’ordinateur n’existe plus), cet enregistrement a été restauré par Jack Copeland et Jason Long, respectivement professeur d’art à l’université de Canterbury (Nouvelle-Zélande) et compositeur spécialisé dans la musique électro-acoustique.

Un disque vinyle très capricieux

Comme l’explique un passionnant article de la British Library, la tâche n’a pas été facile. Le disque vinyle – redécouvert en 2008 – ayant été enregistré à une vitesse très particulière, loin des 33, 45 ou 78 tours standards, il a fallu ajuster les variations de vitesse et donc de ton pour obtenir une reproduction fidèle de l’enregistrement.

Pour l'enregistrement de ce vinyle en 1951, le travail de génération de musique par un ordinateur avait été mené en 1951 par Christopher Strachey, un enseignant. Il s’était pour cela basé sur les recherches d’Alan Turing, qui avait équipé ses ordinateurs d’un générateur de son, tout simplement pour indiquer les étapes des calculs qui pouvaient prendre plusieurs heures à l’époque.

Or, Alan Turing s’était rendu compte dès 1948 qu’en répétant ces sons de manière très rapprochée et en variant leur fréquence, il était possible de générer une succession de notes. Cet enregistrement restauré est donc bel et bien celui du premier morceau généré par un ordinateur, les prémisses de la musique électronique désormais devenue monnaie courante.