BFM Tech

Facebook limite (un peu) l'accès aux publications des mineurs

Facebook a dévoilé mercredi 16 octobre 2013 deux évolutions destinées à protéger davantage les mineurs.

Facebook a dévoilé mercredi 16 octobre 2013 deux évolutions destinées à protéger davantage les mineurs. - -

Facebook va proposer deux évolutions destinées à protéger davantage les mineurs: un accès restreint à leurs publication et un cours de "pédagogie renforcée".

Les messages publiés sur Facebook par des mineurs ne seront désormais visibles que par leurs seuls "amis" et moins facilement par leurs "amis d'amis", a annoncé mercredi le réseau social qui compte 1,2 milliard d'utilisateurs.

"Les jeunes de 13-17 ans qui ouvrent un compte Facebook se verront désormais proposer un paramétrage limité à une audience +amis+ par défaut. Il s'agit donc d'une audience plus restrictive puisque auparavant le partage par défaut était proposé aux +amis d'amis+", indique Facebook dans un communiqué. Le réseau social est interdit aux moins de 13 ans.

Une étape de "pédagogie renforcée"

Autre nouveauté : les adolescents pourront toujours publier des contenus visibles par tout le monde (en réglant les paramètres de confidentialité sur "public"), mais seulement après une "étape de pédagogie renforcée", selon Facebook.

"Concrètement, avant de valider un partage 'public', les jeunes utilisateurs recevront une notification (pop-up) leur rappelant explicitement que leurs publications seront visibles par tous et leur précisant les implications de ce changement", écrit le réseau social.

Les paramètres de confidentialités sur Facebook et le respect de la vie privée sont au coeur des préoccupations des 1,2 milliard d'utilisateurs du réseau social dans le monde.

En mai, une étude réalisée par l'institut Pew en collaboration avec le Centre Berkman de l'Université Harvard, aux Etats-Unis, montrait que les adolescents américains partageaient de plus en plus d'informations personnelles sur les réseaux sociaux comme Facebook, mais qu'ils faisaient en sorte de protéger leur vie privée.

S. C. avec AFP