BFM Tech

Facebook aurait censuré une vidéo contre le cancer du sein

L'association Cancerfonde accuse Facebook de censure.

L'association Cancerfonde accuse Facebook de censure. - Cancerfonden

Une association suédoise accuse le réseau social d’avoir supprimé une publicité de dépistage parce qu’on y voyait la poitrine nue d’une femme. Et pourtant, il ne s'agissait que d'un dessin.

La pudibonderie de Facebook a-t-elle encore frappé ? Cancerfonde, une association suédoise de lutte contre le cancer, affirme que le réseau social a censuré l’une de ses vidéos parce qu’elle montrait les seins nus d’une femme. Un spot de dépistage expliquait effectivement comment déceler un kist suspect avec une petite animation. Mais la poitrine était représentée par un dessin tout rose et tout rond.

L'image qui a suscité les foudres de Facebook.
L'image qui a suscité les foudres de Facebook. © DR

Cancerfonde s’est fendu d’une lettre ouverte à Facebook après avoir essayé sans succès de joindre un responsable : "Nous trouvons incompréhensible et étrange qu'on puisse percevoir une campagne d'information médicale comme choquante", a affirmé une porte-parole. "Ce sont des renseignements qui sauvent des vies, ce qui est essentiel d'après nous". En signe de protestation, l’association a publié un visuel où elle a remplacé les deux ronds roses par deux carrés pour symboliser la poitrine d’une femme. "Nous sommes parvenus à une solution qui, nous l’espérons, va te faire plaisir !", a lancé Cancerfonde avec humour.

Facebook présente ses excuses

Un porte-parole de Facebook a depuis présenté ses excuses, relayées par l’AFP. "Nous sommes vraiment désolés, notre équipe traite des millions d'images publicitaires chaque semaine, et dans certains cas nous interdisons des publicités de manière incorrecte", peut-on lire. Depuis, le réseau social aurait informé Cancerfonde qu’il avait de nouveau autorisé la publicité en question.

Rappelons qu’au mois de septembre dernier, la plateforme avait déjà suscité l’indignation en censurant la célèbre photo de la petite Vietnamienne brûlée au napalm postée par la première ministre norvégienne Erna Solberg. Un autre cas avait fait couler beaucoup d'encre : celui du tableau de Gustave Courbet L'Origine du monde, représentant un sexe féminin et censuré sur le compte Facebook d'un utilisateur qui avait porté l'affaire en justice.

AC avec AFP