BFM Business

En tête des téléchargements, Kanye West demande l’aide de la Silicon Valley

Le 11 février, Kanye West organisait la première écoute de son album au Madison Square Garden de New York.

Le 11 février, Kanye West organisait la première écoute de son album au Madison Square Garden de New York. - Dimitrios Kambouris / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Depuis la sortie événement du dernier album de Kanye West, l’application Tidal, qui le propose en exclusivité, est première des téléchargements aux États-Unis. Malgré tout, le rappeur explique sur Twitter avoir plus de 50 millions de dollars de dettes et demande aux patrons de Facebook et Google de l’aider financièrement.

Comment faire en sorte que son application devienne la plus téléchargée de l’App Store d’Apple aux Etats-Unis? Tout simplement en proposant en exclusivité le nouvel album du rappeur Kanye West. Disponible depuis le 14 février, le très attendu The Life Of Pablo a été seulement lancé sur le service de streaming musical américain Tidal.

Ce choix est tout sauf un hasard puisque Kanye West est actionnaire de la plateforme depuis mars 2015. Il avait ainsi répondu à l’appel de Jay-Z pour investir dans la société, auprès de Madonna, Daft Punk ou Nicki Minaj. Les artistes avaient ensuite organisé un lancement en fanfare depuis New York lors d’une cérémonie où étaient également présents Rihanna, Usher ou encore Alicia Keys.

L’appel à l’aide auprès des patrons de la Silicon Valley

Misant sur la qualité sonore, le service propose un abonnement premium à 25,99 euros par mois, quand Spotify, Apple Music ou Deezer ne coûtent que 10 euros. Kanye West fait également payer au prix fort le téléchargement de son album: pour l’acheter définitivement il faudra en effet débourser 20 euros quand le prix moyen sur les autres plateformes de téléchargement est plutôt de l’ordre de 10 euros.

The Life Of Pablo est vendu au prix fort.
The Life Of Pablo est vendu au prix fort. © Tidal

Malgré sa popularité, Kanye West a l’air en effet en mal d’argent. Le 14 février il tweetait ainsi qu’il était tributaire d’une dette de 53 millions de dollars. Il affirmait ensuite que Mark Zuckerberg, patron de Facebook, avait "investi" sur son nom 1 milliard de dollars "après avoir réalisé qu’il était le plus grand artiste vivant et de tous les temps".

Mais cela ressemblait finalement plus à un appel à l’aide qu’une réelle information. Quelques heures après, il demandait également l’aide de Larry Page, cofondateur de Google, sous prétexte que "les potes de San Francisco écoutent du rap chez eux, mais n’aident jamais les vrais artistes".

Comme souvent avec Kanye West – considéré comme l’un des artistes les plus mégalomanes de la scène hip-hop – difficile de croire qu’il soit sérieux. Mark Zuckerberg et Larry Page n’ont d’ailleurs toujours pas répondu à ses demandes.