BFM Business

Ce site Web génère des photos de gens qui n’existent pas

Une image générée par thispersondoesnotexist.com

Une image générée par thispersondoesnotexist.com - thispersondoesnotexist.com

Mise au point par l’entreprise américaine Nvidia, la technologie est capable de créer des visages de toute pièce, en quelques secondes seulement.

Capable de générer des visages humains de manière infinie, le logiciel développé par les chercheurs de Nvidia avait fait parler de lui fin 2018. Il est désormais accessible au plus grand nombre. Depuis quelques heures, le site thispersondoesnotexist.com (“Cette personne n’existe pas”), repéré par The Next Web, est disponible. Le principe est élémentaire: chaque internaute se rendant sur cette page voit apparaître la photo d’un inconnu. Sauf qu’il est inutile de tenter de le retrouver sur le Web dans la mesure où cette personne n’existe pas.

-
- © -

De nombreuses applications

Spécialisée dans la fabrication de cartes graphiques, l’entreprise californienne Nvidia développe de nombreuses technologies basées sur l’intelligence artificielle. Pour générer des visages à la demande, elle met au point des algorithmes au nom barbare de réseaux adverses génératifs. Le principe est pourtant simple: les ingénieurs font travailler de concert deux programmes. L’un fait des essais, l’autre les vérifie.

Le premier, qui bénéficie d’une base de photos de personnes existantes, se charge de mélanger certaines de leurs caractéristiques pour recréer des visages artificiels. Le second programme est chargé de contrôler le travail du premier. Il compare l’image générée avec d’autres images, afin d’évaluer le degré de réalisme. Tant que celui-ci n’est pas satisfaisant, il ordonne au premier de recommencer le travail. Comme le montre le site mis en ligne, l’opération est presque instantanée.

La retouche d’image figure parmi les nombreuses applications potentielles de cette technologie, notamment dans le domaine de la restauration de photos abîmées. Nvidia n’est pas le seul acteur à s’y intéresser. En décembre 2018, une peinture réalisée grâce aux réseaux adverses génératifs a été vendue aux enchères pour près de 400.000 euros.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech