BFM Business

A Londres, la reconnaissance faciale se tromperait dans 81% des cas

Image d'illustration

Image d'illustration - DAVID MCNEW / AFP

Les autorités londoniennes s'en remettent à la reconnaissance faciale pour identifier des personnes recherchées par la justice. Les caméras installées dans les rues confondent des innocents avec des suspects dans 81% des cas.

A Londres, les caméras de reconnaissance faciale voient encore flou. D'après des chercheurs de l'Université d'Essex, le logiciel utilisé par la police londonienne pour identifier dans les rues de la ville des suspects ferait erreur dans quatre cas sur cinq. Ainsi, cette technologie accuserait un taux d'échec de 81%, relève Sky News

Sur cette base, les chercheurs demandent à Scotland Yard d’arrêter d’utiliser leur système de reconnaissance faciale. L'échantillon testé reste néanmoins faible. Les universitaires se sont penchés sur 42 dossiers, pour lesquels seules 8 correspondances ont été trouvées. La police fait pour sa part valoir un taux d'erreur de 0,1%, sans pour autant dévoiler sa méthodologie.

La reconnaissance faciale est testée dans le pays depuis août 2016, pour faciliter le travail des forces de l'ordre assurer la sécurité d'événements sportifs, de concerts et de grands rassemblements. Elle souffre de critiques régulières pour son manque de perfectionnement et sa propension à accentuer des préjugés racistes. 

En mai dernier, des chiffres rendus publics par la police de Galles du Sud et relayés par le Guardian avaient déjà souligné les limites de la reconnaissance faciale. Sur 2.470 personnes identifiées comme de potentiels délinquants lors de la finale de la Ligue des Champions de football à Cardiff, en 2017, 92% étaient de "faux positifs", à savoir de simples passants malchanceux. La police locale avait à l’époque consenti à admettre que la solution n’était "pas efficace à 100%".

A San Francisco, et pour son manque de fiabilité actuel, l'utilisation de la reconnaissance faciale par les forces de l'ordre a purement et simplement été bannie.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech