BFM Business

59% des adolescents américains victimes de cyberharcèlement

Une étude menée par le Pew Research Center révèle qu'une majorité de jeunes américains ont été victimes de harcèlement en ligne. Garçons et filles sont concernés même si les adolescentes sont plus touchées par certains types de comportements inappropriés.

Les adolescents américains sont accros à leur smartphone. Parmi les effets pervers de cette addiction, l'exposition au cyberharcèlement figure en bonne place. Une étude menée par un centre de recherche américain, le Pew Research Center, dresse un bilan de la situation. Les sondés, qui ont entre 13 et 17 ans, sont 59% à avoir été victimes de comportements déplacés parmi une liste de six agissements malveillants.

Insultes, rumeurs, menaces physiques...

Le premier risque encouru concerne les insultes. 42% des sondés ont rapporté avoir été victimes d'injures. Juste après vient la diffusion sur le Web de rumeurs à son encontre: 32% des jeunes l'ont déjà expérimentée. La réception d'images à caractère sexuel sans son consentement se place en troisième position avec 25% de cas rapportés. 21% des adolescents ont été inondés de messages — d'une personne n'étant pas leur parent — leur demandant des informations sur leur vie: où sont-ils, que font-ils et avec qui… 16% des interrogés disent avoir reçu des menaces physiques. En bas de la liste figure la diffusion d'images à caractère sexuel de la personne sans son consentement. Ils sont 7% à avoir dû y faire face.

Un même adolescent peut avoir expérimenté différents types d'agissements malveillants. Garçons et filles sont autant susceptibles d'être victimes de cyberharcèlement, mais les adolescentes sont davantage confrontées aux fausses rumeurs ainsi qu'à la réception d'images à caractère sexuel sans leur consentement.

Un problème majeur

Dans leur grande majorité (90%), les adolescents estiment que le harcèlement en ligne est un problème qui concerne les personnes de leur âge. Pour 63%, c'est même un problème majeur. Selon eux, leurs parents font majoritairement les bonnes choses pour les protéger de ces menaces. En revanche, ils sont plus critiques vis-à-vis de leurs professeurs, des réseaux sociaux et des politiques.

En France, selon une étude menée par Microsoft et publiée en février 2018, la proportion d'adolescents victimes de harcèlement en ligne est assez proche, avec 47% des jeunes français qui y ont été confrontés. Le harcèlement via Internet, que ce soit par mail ou sur les réseaux sociaux, est un délit et il est plus sévèrement puni si la victime a moins de 15 ans.

Elise Maillard