BFM Business

Une cryptomonnaie inspirée de Squid Game à l'origine d'une escroquerie de trois millions d'euros

Squid Game

Squid Game - Capture d'écran YouTube - Netflix France

Des escrocs ont mis en ligne une cryptomonnaie basée sur la série à succès de Netflix. Après avoir alpagué les internautes, ils ont disparu avec le butin.

Une fois de plus, l'univers des cryptomonnaie a été détourné à des fins d'escroquerie. En quelques jours, des individus sont parvenus à attirer de nombreux internautes avec un actif numérique baptisé "SQUID", en référence à la série Netflix à succès Squid Game. Faisant grimper son cours de 0 à environ 2.800 dollars, avant de le voir s'effondrer ce 1er novembre pour retomber à une valeur nulle.

Le cours du SQUID, entre le 27 octobre et le 2 novembre 2021
Le cours du SQUID, entre le 27 octobre et le 2 novembre 2021 © CoinMarketCap

Comme le rapporte le site américain Gizmodo, la chute brutale de valeur du SQUID coïncide avec une transaction de 3,3 millions de dollars, soit 2,9 millions d'euros, de la part d'internautes liquidant leurs positions. Autrement dit, en vendant toutes les cryptomonnaies qu'ils avaient créées et dont la valeur reposait sur un effet de mode entretenu sur les réseaux sociaux et par quelques médias.

Tous les signaux au rouge

Comme le rappelait BFMTV le 29 octobre, tous les signaux liés à cette cryptomonnaie étaient au rouge. Le site officiel de cette cryptomonnaie, qui proposait aux acheteurs de cet actif numérique des jeux basés sur l'univers de la série, ne possédait aucune mention légale.

Rapidement, les premiers acheteurs ont constaté l'impossibilité pour eux de revendre leurs "SQUID", donc d'encaisser d'hypothétiques plus-values liées à la hausse virtuelle du cours de la cryptomonnaie. Poussant la plateforme CoinMarketCap a afficher un message d'avertissement sur la page dédiée au "SQUID".

Le site dédié à la cryptomonnaie SQUID
Le site dédié à la cryptomonnaie SQUID © BFMTV

Par ailleurs, le site officiel du projet annonçait un partenariat avec Netflix, ce que le géant américain a nié en bloc. Comme ont pu le constater nos confrères du site Numerama, l'ensemble de l'équipe présentée comme étant celle à l'origine du "SQUID" était factice.

Pour faire grimper arficiellement le cours de la devise virtuelle, les escrocs ont utilisé des canaux comme l'application de messagerie Telegram, mais aussi Twitter, où leur compte est à ce jour toujours actif.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech