BFM Business

Twitter sanctionne le tweet de Trump qui affirme être immunisé contre le Covid-19

Le président américain Donald Trump s'exprime depuis la balcon de la Maison Blanche devant ses sympathisants le 10 octobre 2020

Le président américain Donald Trump s'exprime depuis la balcon de la Maison Blanche devant ses sympathisants le 10 octobre 2020 - MANDEL NGAN © 2019 AFP

Twitter a prononcé une énième sanction à l'encontre de Donald Trump après un tweet dans lequel il se disait immunisé contre le Covid-19, alors que plusieurs cas de réinfection ont été documentés.

Twitter a une nouvelle fois sanctionné un tweet de Donald Trump pour violation des règles relatives à la diffusion de fausses informations. Le président des Etats-Unis avait affirmé dimanche dans un message être immunisé contre le Covid-19.

J'ai "reçu une approbation totale des médecins de la Maison Blanche hier. Cela signifie que je ne peux pas l'attraper (immunisé) et que je ne peux pas le donner. C'est bon à savoir !!", écrit Donald Trump.
Le tweet de Donald Trump qui a violé les règles d'utilisation de la plateforme
Le tweet de Donald Trump qui a violé les règles d'utilisation de la plateforme © Twitter

Le réseau social a estimé que le tweet allait à l'encontre de son règlement sur la diffusion de fausses informations relatives au Covid-19. Il est en effet impossible de se déclarer immunisé contre le Covid-19. Plusieurs cas de réinfection ont été documentés, notamment à Hong Kong.

Mais Twitter n'a pas supprimé le message comme il l'aurait fait s'il avait été publié par un utilisateur lambda, considérant qu'il était d'intérêt public de le laisser accessible à tous. Le message est toujours en ligne mais il est impossible de le partager, de le retweeter ou d'y répondre.

Trump déjà sanctionné par Twitter

Ce n'est pas la première fois que Twitter prend des mesures à l'encontre de Donald Trump. Une vidéo dans laquelle il affirmait que les enfants étaient "presque totalement" immunisés contre le Covid-19 avait été supprimée, jugée mensongère. Tout comme une autre, montrant un groupe de médecins faisant des déclarations trompeuses sur la pandémie de coronavirus.

Plusieurs messages qui n'étaient pas directement liés à la pandémie ont également fait l'objet de sanctions. A l'instar d'un tweet dans lequel Donald Trump affirmait que le vote par correspondance en Californie pourrait mener à une fraude électorale. Ou encore d'un message publié après la mort de George Floyd, dans lequel il menaçait de tirer sur les manifestants en cas de pillages. Twitter avait considéré qu'il s'agissait là d'un message glorifiant la violence.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech