Twitter
 

L'ONG Amnesty International a analysé 228 000 tweets envoyés à des femmes noires, politiciennes ou journalistes. Résultat, les femmes de couleur ont "34% de risque en plus" d'être mentionnées dans un message abusif ou problématique que les femmes blanches. 

Votre opinion

Postez un commentaire