BFM Tech

Hôpital : on va enfin avoir le droit d'utiliser son smartphone 

-

- - capture vidéo YouTube

L'Agence nationale de sécurité sanitaire préconise l'instauration dans les hôpitaux de zones dans lesquelles l'usage des smartphones est autorisé, limité ou interdit pour éviter les interférences avec les matériels médicaux.

L’usage des téléphones portables est devenu banal dans les hôpitaux tant par les patients que par les familles ou même les personnels médicaux. Pourtant, depuis une circulaire d’octobre 1995, ils doivent normalement être éteints pour éviter de perturber les équipements médicaux. En 2003, une étude avait permis d’assouplir cette règle et l’avis (document, PDF) que vient de rendre l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) devrait permettre de faire encore évoluer l’utilisation de ces appareils.

Pour l’Anses, "l’interdiction de l’usage des téléphones mobiles dans les établissements de santé apparaît aujourd’hui peu justifiée". Ces derniers doivent en revanche mettre en place "des zones d'usage autorisé, limité ou interdit" pour éviter de perturber les dispositifs médicaux, préconise l’organisme. Et la définition précise du zonage "devrait relever de la responsabilité de chaque établissement hospitalier, avec l'appui de son responsable de la gestion des risques".

S'éloigner des appareils servant au maintien de la vie

"Il n’est pas possible d’établir une règle unique concernant une distance minimale à respecter entre les dispositifs médicaux et les sources électromagnétiques", explique l'Agence avant de prodiguer des conseils de bon sens.

"S'agissant des patients, visiteurs et personnels médicaux utilisant les téléphones mobiles pour des raisons personnelles: ils devraient éteindre leur appareil dans les lieux comportant des dispositifs électro-médicaux à fonction critique ou servant au maintien de la vie (unités de soins intensifs, blocs opératoires, néonatalogie, services d'urgence, etc.), ainsi qu'à proximité des lits de patients connectés à des dispositifs électro-médicaux", indique-t-elle.

Quant aux appels professionnels passés par des personnels médicaux, ils ne devraient pas se faire à proximité d'appareils électro-médicaux, ajoute-t-elle. Pour éviter tout souci, l’Agence les incite à passer ces appels depuis des téléphones fixes.

Smartphone et implant cardiaque ne font pas bon ménage

Elle recommande par ailleurs aux porteurs de dispositifs médicaux implantés actifs tels que les implants ou stimulateurs cardiaques "de veiller à éloigner les sources d'exposition les plus fortes de leur dispositif".

Autrement dit, il ne faut pas mettre son smartphone dans une poche de poitrine si l'on porte un stimulateur et il vaut mieux téléphoner avec l’appareil placé sur l’oreille opposée au côté où se trouve l’implant. Un téléphone portable a proximité immédiate d'un implant peut le déprogrammer, insiste-t-elle.

a lire aussi

Pepper va accueillir les patients de deux hôpitaux belges

Cécile BOLESSE, avec AFP