BFM Tech

Valkyrie, le robot qui partira sur Mars, marche enfin !

-

- - Nasa

Valkyrie était tellement lourdement équipé qu'il ne pouvait guère bouger. Plusieurs équipes universitaires ont oeuvré pour lui permettre de marcher, de ramasser des objets... Un premier pas vers la planète rouge.

La Nasa prévoit que l’homme pourra marcher sur Mars d’ici une vingtaine d’années. Elle a donc l’intention d’envoyer des robots humanoïdes répondant au doux nom de Valkyrie sur la planète rouge pour lui préparer le terrain. Mais pour qu’ils puissent faire ce travail, il faut faire progresser ces robots. C’est pourquoi la Nasa a fait appel à plusieurs universités qui viennent de dévoiler les premières améliorations apportées à ces machines.

Valkyrie, qui mesure 1,80 m pour un poids de 125 kg, a été présenté pour la première fois en 2013 et coûte la bagatelle de deux millions de dollars. Il est équipé d’un capteur laser Lidar, de quatre caméras HD, de six caméras de profondeur et de multiples capteurs gênant sa manoeuvrabilité. Grâce à son passage dans les universités d’Edimbourg en Ecosse, de NorthEastern et de Lowell dans le Massachusetts ainsi qu’au MIT aux Etats-Unis, le robot a été allégé et peut désormais remplir différentes tâches.

Une vidéo postée par l’université d’Edimbourg montre comment il a progressé: Valkyrie peut en effet marcher, ramasser une boîte ou encore cartographier son environnement. Cela dit, il est encore loin de pouvoir remplir sa mission. Concrètement, Valkyrie devra travailler sur "des tâches simples comme la maintenance des panneaux solaires, la réparation des tableaux électriques, l’exploration et la récupération d’échantillons", a indiqué Taskin Padir, de l’université Northeastern.

Pour arriver à cet objectif, il reste de nombreux chantiers. "Il va falloir qu’il soit capable de communiquer avec les personnes restées sur Terre de façon claire et concise", a expliqué Holly Yanco, professeur au centre de robotique de l’université de Lowell. "Un domaine sur lequel nous allons aussi travailler est son équilibre et la souplesse de ses gestes", selon Sethu Vijayakumar, directeur du centre de robotique d’Edimbourg. Il reste donc encore pas mal de travail avant le départ des Valkyrie pour la planète Mars.