BFM Business

Un gant connecté pour aider à la rééducation de victimes d'AVC

-

- - Neofect

Neofect a développé une méthode couplant un gant connecté et des jeux vidéo pour aider les victimes d'AVC à garder leur motivation pour poursuivre leur rééducation.

Dans le monde, près de cinq millions de personnes sont victimes chaque année d’un accident vasculaire cérébral, indiquait la World Heart Federation dans sa dernière enquête. Pour aider ces individus à récupérer la mobilité de leur bras et de leur main, Neofect, une société coréenne, a conçu un outil connecté: le Rapael Smart Glove.

Ce gant ressemble beaucoup au Power Glove de Nintendo. Il embarque des capteurs placés au niveau du poignet, de la main et des doigts de l’utilisateur qui envoient des informations sur les mouvements réalisés lors des exercices à un ordinateur et peut se connecter en Bluetooth.

-
- © Neofect

"Jusqu’à aujourd'hui, les efforts [en matière de rééducation post-AVC, NDLR] ont surtout porté sur la partie clinique, explique le fondateur de Neofect, Ban Ho Young. Nous y avons additionné la dimension de motivation."

Neofect a donc ajouté le jeu à cette rééducation pour maintenir la motivation des patients alors qu’ils pratiquent des exercices répétitifs. L’objectif est qu’un plus grand nombre de victimes d’AVC terminent leur programme. En Corée du Sud, 85% des patients ne vont pas au bout de ce travail, a constaté une étude gouvernementale.

Les différents « jeux » sont donc régulièrement mis à jour et permettent de travailler différents mouvements: réussir à verser du vin dans un verre fait travailler la supination et la pronation, presser une orange oblige à plier les doigts et pêcher un poisson entraîne une flexion du poignet.

Pour le moment, le gant de Neofect n’est vendu qu’à des hôpitaux sud-coréens, pour un prix d’environ 10 000 dollars. L’entreprise espère pouvoir lancer dès l’année prochaine une version "à louer" dont le coût serait bien moins important (environ 85 dollars) pour que des particuliers puissent l’utiliser chez eux.

Cécile BOLESSE