BFM Business

Sauvetage, livraison, assassinat... il y a un drone pour ça

On est loin d'avoir exploré toutes les possibilités offertes par ces machines.

On est loin d'avoir exploré toutes les possibilités offertes par ces machines. - -

La France s'apprête à acheter deux drones américains, tenant pour indispensable d'adopter cette technologie au plus vite. Dans les domaines civil comme militaire, les possibilités de ces engins se montrent infinies... Petite revue de drones.

Avec la "guerre contre le terrorisme" menée par les États-Unis depuis 2001, le monde a découvert ces petits avions vrombissants pilotés depuis des bases situés à quelques milliers de kilomètres de là. Cette utilisation systématique a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire des techniques de guerre modernes.

La France vient de prendre conscience de son retard dans ce domaine et s'apprête à commander deux "Reaper" flambant neufs aux Américains pour remplacer ses vieux "Harfang" israéliens, achetés dans les années 90.

Cette technologie semble devenir un investissement inévitable pour les forces armées. Aujourd'hui, ils représentent pas moins d'un tiers de la flotte aérienne américaine. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en est lui aussi convaincu: "Il faut remédier à notre insuffisance française dans les plus brefs délais." Mais ces avions téléguidés, qu'ont-ils de si indispensable à offrir?

> Un usage militaire incontournable

D'abord, un drone embarque toutes sortes de capteurs possibles et imaginables, des caméras aux capteurs thermiques, et permettent une reconnaissance de terrain beaucoup plus précise que le satellite, sans pour autant risquer la vie d'aucun pilote. L'autonomie des drones militaires, d'approximativement 24 heures, leur permet de couvrir d'importantes zones. C'est un formidable outil de reconnaissance.

Les drones ont aussi un potentiel offensif important. Ils permettent de frapper plus précisément que des avions traditionnels, et, encore une fois, sans exposer la vie des pilotes. Les États-Unis les utilisent depuis une décennie pour des bombardements ciblés, en Afghanistan ou au Pakistan. Dans ce pays, le Bureau of Investigative Journalism a recensé plus de 300 frappes. Cette campagne, leur permettant d'atteindre des personnalités-clé chez les Taliban, est très controversée.

La famille des drones militaires s'agrandit avec l'arrivée prochaine des nano-drones. De la taille d'un insecte, ils seront capables de filmer, d'enregistrer tout ce qui se passe autour d'eux sans attirer l'attention. Ils pourront également tuer une personne ciblée, en explosant près d'un organe vital ou en injectant quelque drogue. Cette famille de drone, existante mais encore au stade de la recherche, est la plus controversée de toutes.

> Au service des secours

Mais les drones ne sont pas seulement militaires. Les robots volants commencent à séduire toutes sortes de domaines de la société civile. Les pompiers français les utilisent déjà pour trouver les foyers d'incendie et la progression des flammes, puisqu'ils peuvent aller là où nul homme ne peut s'aventurer.

Au Canada, la police montée a sauvé la vie d'un accidenté de la route qui, hagard, s'était éloigné des lieux du choc. Vêtu d'un simple tee-shirt et de chaussettes, les recherches et l'hélicoptère ont échoué à retrouver sa trace. Un drone équipé de capteur thermique a pu le localiser, et lui a littéralement sauvé la vie.

> L'entretien de structures géantes

Comment assurer un entretien minutieux sur une immense structure de béton, telle que le viaduc de Millau? Difficile de faire passer un ouvrier sur ses 270 mètres de haut et ses 2,5 km de long pour inspecter les fissures du béton.

C'est un drone qui s'est acquitté de cette tâche. Il lui a fallu 3.000 heures pour passer au peigne fin les 84.000m² de surface bétonnée de l'édifice.

> Le drone humanitaire

Les associations humanitaires ne sont pas en reste. Le projet Matternet, issu du prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT) et créé par l'ancien rédacteur en chef de la revue high tech Wired, prévoit de livrer des biens de nécessité, comme des médicaments ou de la nourriture, dans les zones inacessibles car trop reculées ou ravagées par une catastrophe naturelle.

Un dispositif déjà testé à Haïti.

> Des burritos livrés par drone

Les idées ne manquent pas pour imaginer de nouvelles applications à ces engins, ce ne sont là quelques exemples. Des services de livraison de pizzas et même de burritos ont été expérimentés, et certaines entreprises de production vidéo les utilisent déjà pour des prises de vues. On peut imaginer d'étendre ainsi des engrais dans les champs, et des expérimentations en journalisme sont menées, en ce moment, par l'Express.

On est loin d'avoir exploré toutes les possibilités offertes par ces machines mais leurs limites sont, elles aussi, nombreuses: le prix d'engins performants, une législation des déplacements aériens extrêmement complexe… et la question de la vie privée, qui inquiète beaucoup les militants des droits de l'homme.